Les terrils du nord de la France réchauffent la production de Charbonnay


Oubliez la randonnée ou le ski, la dernière tendance sur les terrils qui jonchent le paysage désindustrialisé du nord de la France est la viticulture, rendue possible par le réchauffement climatique.

La fermeture des mines dans le bassin houiller de la région, qui s’étend sur des dizaines de kilomètres à l’ouest de la frontière belge, a exacerbé le plongeon de la région dans le déclin économique à la fin du XXe siècle.

Aujourd’hui, les terrils sont au cœur des démarches de tourisme durable et symbole de la renaissance du Pas-de-Calais.

Des vignes ont été plantées il y a une décennie et en 2018, les premières bouteilles de vin “Charbonnay” – un jeu de mots sur le célèbre cépage chardonnay et “charbon”, le français pour le charbon – ont été vendues, principalement aux habitants et aux petits magasins.

Avec la chaleur de cette année – moins torride dans le nord que dans le sud de la France – la production devrait tripler par rapport aux 10 hectolitres produits en 2021, même si cela reste une infime baisse par rapport aux 45,6 millions d’hectolitres attendus au niveau national.

Le viticulteur Olivier Pucek a déclaré que le climat d’une partie de la France considérée par de nombreux Français comme morne et désolée avait freiné la culture de la vigne, mais que les choses étaient en train de changer.

“La chaleur estivale est devenue plus compatible avec le travail de la vigne”, a-t-il déclaré à Reuters sur un tas de déblais à Haillicourt, à une heure de route au sud de la ville portuaire de Calais alors que les gens récoltaient les raisins à la main.

Les tas de déblais, également appelés « tas osseux » ou « tas de scories », sont d’imposants tas de déchets extraits lors de l’exploitation minière.

Un deuxième vignoble a été planté dans une commune voisine et en Belgique voisine, près de la ville de Charleroi, un vignoble planté en 2019 devrait donner ses premières bouteilles l’année prochaine.

Un hectolitre équivaut à 100 litres, soit 133 bouteilles de vin standard.

Il y a dix ans, l’UNESCO a classé le bassin minier au patrimoine mondial, symbole du patrimoine industriel de l’Europe.

“Je suis sûr que cela ferait plaisir aux gens qui ont travaillé dans les mines que nous puissions produire du vin – et du bon vin en plus – sur ces terrils”, a déclaré Henri Jammet, un deuxième vigneron.