PRAGUE (AP) – Des dizaines de milliers de Tchèques ont profité d’un jour férié vendredi pour se rassembler dans la capitale contre le gouvernement pro-occidental et son soutien à la lutte de l’Ukraine contre l’invasion russe.

Le rassemblement suit deux autres sur la place centrale Venceslas de Prague et était plus petit que les 70 000 personnes qui se sont rassemblées pour les mêmes raisons le 3 septembre, selon les estimations de la police.

Tenue sous le slogan “La République tchèque d’abord”, une référence à la plate-forme nationaliste de l’ancien président américain Donald Trump, la manifestation a réuni l’extrême droite avec l’extrême gauche et divers groupes marginaux. Ses organisateurs sont connus pour leurs opinions pro-russes et leur opposition aux vaccins COVID-19.

Avec la flambée des prix de l’énergie, de la nourriture et du logement dans le pays, les manifestants réclamaient la démission du gouvernement de coalition dirigé par le Premier ministre conservateur Petr Fiala.

“Démissionner!” scandaient-ils en agitant les drapeaux nationaux.

Les manifestants ont condamné à plusieurs reprises le gouvernement pour son soutien à l’Ukraine et les sanctions de l’Union européenne contre la Russie, se sont opposés à l’adhésion de la République tchèque à l’UE, à l’OTAN et à d’autres organisations internationales telles que les Nations Unies et l’Organisation mondiale de la santé.

« La Russie n’est pas notre ennemi, le gouvernement des fauteurs de guerre est l’ennemi », a déclaré un orateur.

Un petit rassemblement a eu lieu dans la deuxième plus grande ville du pays, Brno.

Le gouvernement a rejeté ces demandes.

“Nous savons qui est notre ami et qui saigne pour notre liberté”, a tweeté le ministre de l’Intérieur Vit Rakusan. “Et nous savons aussi qui est notre ennemi.”

La Tchéquie a été un fervent partisan de l’Ukraine, a fait don d’armes lourdes à l’armée ukrainienne et a accordé environ 450 000 visas aux réfugiés ukrainiens qui leur donnent accès aux soins de santé, à une aide financière, à des permis de travail et à d’autres avantages.

Fiala et plusieurs ministres prévoyaient de se rendre à Kyiv lundi pour une réunion conjointe des gouvernements tchèque et ukrainien.

“Nous soutenons intensément la lutte justifiée du peuple ukrainien contre l’agression russe”, a déclaré samedi Fiala.

Bien que l’opposition populiste du pays ait fait quelques gains lors des élections municipales du mois dernier, les cinq partis de la coalition au pouvoir ont remporté le vote plus tôt ce mois-ci pour un tiers des sièges à la chambre haute du Parlement, le Sénat.

The Associated Press