Skip to content

WASHINGTON (Reuters) – La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine réduira la croissance mondiale en 2019 à son rythme le plus lent depuis la crise financière de 2008-2009, a averti le Fonds monétaire international mardi, tout en précisant que sa production rebondirait si ses tarifs douaniers étaient supprimés.

Les tarifs douaniers américano-chinois ramènent la croissance mondiale au plus bas depuis une décennie, selon le FMI

PHOTO DE FICHIER: le logo du Fonds monétaire international (FMI) est visible à l’extérieur du bâtiment du siège à Washington, États-Unis, le 4 septembre 2018. REUTERS / Yuri Gripas / File Photo

Le FMI a déclaré que ses dernières prévisions des Perspectives de l'économie mondiale dans ce pays montraient une croissance du PIB pour 2019 de 3,0%, en baisse par rapport aux 3,2% de juillet, en raison principalement des retombées accrues des tensions commerciales mondiales.

Les prévisions jettent une toile de fond sombre pour les réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale à Washington, la première pour la nouvelle directrice générale du Fonds, Kristalina Georgieva. Elle hérite de toute une gamme de problèmes, allant de la stagnation du commerce aux troubles en Équateur en passant par les contrecoups politiques en Argentine concernant les programmes d'austérité prescrits par le FMI.

Selon Gita Gopinath, économiste en chef du FMI, sans assouplissement presque simultané de la politique monétaire des principales banques centrales, la croissance mondiale serait inférieure d'un demi-point de pourcentage en 2019 – à 2,5% – au bord d'une récession généralisée.

"La faiblesse de la croissance est due à la forte détérioration de l'activité manufacturière et du commerce mondial, avec des tarifs plus élevés et une incertitude prolongée de la politique commerciale qui nuit aux investissements et à la demande de biens d'équipement", a déclaré Gopinath.

Le prêteur en crise mondiale a déclaré que d'ici 2020, les tarifs annoncés réduiraient la production économique mondiale de 0,8%. Cela se traduit par une perte d’environ 700 milliards de dollars, ce qui équivaut à faire disparaître l’économie suisse.

La dégradation de la croissance suppose que tous les tarifs annoncés par les États-Unis sur les produits chinois sont mis en place, ainsi que les représailles exercées par la Chine. Celles-ci comprennent une augmentation de 5 points de pourcentage des droits de douane américains sur les produits chinois initialement prévue pour mardi et des droits de douane de 10% sur 156 milliards de dollars de produits chinois prévus pour le 15 décembre.

Si ces accords incrémentaux sont complètement annulés par un accord commercial entre les États-Unis et la Chine, la perte du PIB mondial baisserait à 0,6%, a déclaré Gopinath. Elle a ajouté que toute la production rebondirait de 0,8% si tous les droits de douane américains et chinois étaient supprimés.

Les services sont toujours très présents dans la majeure partie du monde, mais des signes d’un ralentissement dans ce secteur ont été observés aux États-Unis et en Europe, a annoncé le FMI.

Pour 2020, le Fonds a indiqué que la croissance mondiale devrait s'accélérer à 3,4% en raison des attentes de meilleures performances au Brésil, au Mexique, en Russie, en Arabie saoudite et en Turquie. Mais cette prévision était inférieure d’un dixième de point à celle de juillet et était exposée aux risques de baisse, notamment à de pires tensions commerciales, à des perturbations liées au Brexit et à une aversion soudaine des risques sur les marchés financiers.

Si la Grande-Bretagne quittait l’Union européenne sans aucun accord douanier, cela réduirait le niveau de production de son PIB jusqu’à 5% au cours des deux prochaines années et de 3% à plus long terme, a déclaré Gopinath.

INVESTISSEMENT, STALL COMMERCIAL

Le rapport sur les Perspectives de l'économie mondiale expose en détail les difficultés économiques causées par les tarifs douaniers américano-chinois, y compris les coûts directs, les turbulences du marché, la réduction des investissements et la baisse de la productivité due aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement.

Le FMI a déclaré que les investissements étrangers directs des pays avancés à l'étranger s'étaient pratiquement «arrêtés» en 2018, après avoir augmenté au cours des années précédentes pour atteindre en moyenne plus de 3% du produit intérieur brut annuel – soit plus de 1 800 milliards de dollars.

L’institution a déclaré que la baisse d’environ 1 500 milliards de dollars entre 2017 et 2018 était due aux opérations purement financières menées par les grandes sociétés multinationales, y compris en réponse à l’évolution de la législation fiscale américaine.

Les achats mondiaux de véhicules ont diminué de 3% en 2018, sous l'effet de la baisse de la demande en Chine après l'expiration des incitations fiscales et des ajustements de la production après l'adoption de nouvelles normes d'émissions en Allemagne et dans les autres pays de la zone euro.

La croissance du commerce mondial n'a atteint que 1% au premier semestre de 2019, son niveau le plus faible depuis 2012, pénalisée par des droits de douane plus élevés et une incertitude prolongée sur les politiques commerciales, ainsi que par un effondrement du secteur de l'automobile.

Après une expansion de 3,6% en 2018, le FMI prévoit désormais que le volume du commerce mondial n'augmentera que de 1,1% en 2019, soit 1,4 point de pourcentage de moins que prévu en juillet et 2,3 points de pourcentage de moins que prévu en avril.

La croissance du commerce devait rebondir à 3,2% en 2020, mais les risques sont restés "à la baisse", a précisé le FMI, qui a pesé lourdement sur les économies américaine et chinoise.

TARIF, RÉPARTITION DES PERTES

Selon les nouvelles prévisions du FMI, la production du PIB de la Chine diminuera de 2% à court terme avec le scénario tarifaire actuel et de 1% à long terme, tandis que la production américaine baissera de 0,6% sur les deux périodes.

«Pour rajeunir la croissance, les décideurs doivent lever les barrières commerciales mises en place par des accords durables, lutter contre les tensions géopolitiques et réduire les incertitudes liées à la politique intérieure», a déclaré Gopinath.

Les tarifs douaniers américano-chinois ramènent la croissance mondiale au plus bas depuis une décennie, selon le FMI
Diaporama (2 Images)

Mais elle s’est montrée prudente devant l’annonce faite vendredi par le président américain Donald Trump de la première phase d’un accord commercial entre la Chine et la Chine, affirmant qu’il fallait davantage de précisions sur l’accord «provisoire».

Le FMI a également modélisé ce qui se produirait si les multinationales des États-Unis, de la zone euro et du Japon reprenaient suffisamment de production pour réduire les importations nominales de 10%. Le prêteur a constaté que cela augmenterait les prix à la consommation et réduirait la demande intérieure, tout en freinant la propagation de la technologie dans les économies émergentes.

"Avec une croissance de 3%, il n'y a pas de place pour des erreurs politiques et un besoin urgent pour les décideurs politiques de désamorcer en coopération le commerce et les tensions géopolitiques", a-t-il déclaré. "Une nouvelle escalade des tensions commerciales et l'augmentation associée de l'incertitude politique pourraient affaiblir la croissance par rapport à la projection de base."

Reportage de David Lawder et Andrea Shalal; Édité par Cynthia Osterman et Lisa Shumaker

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *