Les talibans « interdisent aux filles d’entrer dans les écoles secondaires » en Afghanistan en ne rouvrant que pour les garçons

Les talibans ont interdit aux filles d’accéder à l’enseignement secondaire en Afghanistan, car les écoles ne rouvriront que pour les garçons.

Le nouveau ministère de l’Éducation des talibans a déclaré dans un communiqué qu’après un mois, « les madrassas, les écoles privées et publiques et d’autres institutions académiques du pays » seront ouvertes aux garçons à partir de samedi.

Il semble que les filles aient été bannies de l’enseignement secondaireCrédit : Getty
Manifestation pour les droits des femmes à Kaboul au début du mois

Manifestation pour les droits des femmes à Kaboul au début du moisCrédit : AP

La déclaration disait: « Tous les enseignants et étudiants de sexe masculin devraient fréquenter leurs établissements d’enseignement », mais il n’y avait aucune mention des filles et des enseignantes.

Aryan Aroon, un militant et écrivain afghan qui a quitté le pays avant que les talibans ne prennent le pouvoir, a déclaré à la Washington Post: « Interdire aux filles d’aller à l’école, c’est comme les enterrer vivantes. Ne laissez pas ce cauchemar devenir réalité. Il ne fait que commencer. »

Depuis les talibans pris le pouvoir en Afghanistan, ils ont affirmé qu’ils n’appliqueraient pas les lois strictes et oppressives des années 90, lorsque les femmes étaient pour la plupart exclues de l’éducation et du travail.

L’autorité éducative des talibans avait déclaré que cette fois, les femmes seraient autorisées à fréquenter l’université.

Mais l’ordonnance stipule que les classes doivent être séparées par sexe, ou au moins divisées par un rideau et que les étudiants doivent porter une abaya et un niqab.

Et sous le régime brutal des talibans, les étudiantes ne doivent être instruites que par d’autres femmes ou « vieillards » de bonne moralité et terminer leur cours cinq minutes plus tôt que les hommes pour les empêcher de se mêler à l’extérieur.

La semaine dernière, des centaines de femmes portant un voile intégral conformément à la nouvelle politique vestimentaire a participé à un rassemblement pro-taliban en dehors d’une université s’engageant à respecter les politiques intransigeantes des talibans sur la ségrégation des genres.

Pendant ce temps, dans un autre coup dur pour les droits des femmes dans le pays, les talibans semblent avoir fermé le ministère des Affaires féminines et l’ont remplacé par le ministère de la Vertu et du Vice.

La « police morale » des talibans qui opérait dans les années 90, utilisée pour appliquer son interprétation de la charia qui comprenait un code vestimentaire strict et des exécutions publiques et des flagellations, rapporte Reuters.

Malgré les promesses de lois moins extrêmes, le groupe a déjà imposé de nouvelles règles brutales pour les femmes.

Dans certaines circonstances, elles sont restées dans des « salles d’attente » jusqu’à ce que les hommes aient quitté le bâtiment, tandis que les devantures de magasins présentant des visages féminins ont été repeintes et que les présentatrices de journaux ont été remplacées à la télévision.

Une policière enceinte a été exécutée devant ses enfants parce qu’elle a enlevé le drapeau du groupe terroriste tandis qu’une autre femme a été brûlée vive pour leur avoir servi une cuisine médiocre.

Et les escouades talibans ont fait du porte-à-porte en Afghanistan pour kidnapper des enfants aussi jeunes que 12 pour les utiliser comme épouses d’enfants et esclaves sexuelles depuis leur retour au pouvoir en Afghanistan.

Les femmes afghanes ne peuvent fréquenter les universités que si les cours sont séparés par un rideau
Les femmes afghanes ne peuvent fréquenter les universités que si les cours sont séparés par un rideau
Des femmes ont été contraintes de participer à un rassemblement pro-taliban
Des femmes ont été contraintes de participer à un rassemblement pro-taliban
Les talibans « exécutent brutalement des Afghans dans les rues, pendent les victimes tout en tirant sur les corps et emballent des civils dans des bottes de voiture »

Nous payons pour vos histoires !

Avez-vous une histoire pour le bureau des nouvelles du Sun ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *