Les talibans «abattent un hélicoptère militaire afghan» et massacrent des troupes à un poste de contrôle lors du dernier déchaînement terroriste

LES talibans ont affirmé avoir abattu un hélicoptère militaire afghan avant de massacrer des troupes à un poste de contrôle lors de son dernier déchaînement terroriste.

Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a déclaré que l’hélicoptère avait été abattu dans le centre du district de Nad Ali dans la province de Helmand et qu’un « grand nombre » de soldats avaient été tués.

Les talibans affirment avoir abattu l’hélicoptère dans la province d’HelmandCrédit : Twitter
Un soldat afghan monte la garde à un poste de contrôle de sécurité à Mazar-i-Sharif dans la province de Balkh

Un soldat afghan monte la garde à un poste de contrôle de sécurité à Mazar-i-Sharif dans la province de BalkhCrédit : Rex

Des séquences vidéo partagées sur les réseaux sociaux ont montré des foules de personnes se rassemblant pour regarder un hélicoptère descendre soudainement du ciel, avant que plusieurs hommes ne soient vus en train de courir vers le site du « crash ».

« Un hélicoptère militaire ennemi a été abattu par les moudjahidines près du centre du district de Nad Ali dans la province de Helmand », a affirmé Mujahid dans un communiqué. tweeter mardi.

« Le centre du district de Nad Ali et son chef de la police ont également été capturés.

« Un grand nombre de soldats ont été tués et blessés, et un grand nombre d’armes et de munitions ont été récupérées. »

Mais le 215e Maiwand Corps de l’armée a affirmé que l’hélicoptère MD-530 de l’armée de l’air avait effectué un atterrissage forcé lorsque des hélicoptères de combat ont pilonné des militants talibans à la périphérie sud de la capitale provinciale Lashkar Gah.

Et des sources militaires ont déclaré à Pajhwok Afghan News que l’hélicoptère avait effectué un atterrissage d’urgence pour des « raisons techniques » à la suite d’une opération contre les talibans.

Les deux pilotes de l’hélicoptère n’ont pas été blessés et ils ont été secourus par les forces terrestres, a indiqué l’armée.

ATTAQUE DU PORT DE HAIRATAN

Cela survient après que les talibans ont affirmé que quatre soldats afghans avaient été abattus mercredi à un poste de contrôle près du port de Hairatan dans la province de Balkh – qui abrite plus de 1,4 milliard de dollars de commerce annuel – mercredi.

« Quatre soldats ont été tués et cinq autres ont été arrêtés vivants », a déclaré Mujahid.

« Un grand nombre d’armes et de munitions sont tombées entre les mains des moudjahidin. Aucun mal n’a été fait aux moudjahidines. »

Le ministre de la Défense par intérim, Bismillah Mohammadi, a examiné la situation sécuritaire dans le port et « a donné les instructions nécessaires aux responsables de la sécurité concernés pour renforcer davantage la sécurité ».

Les forces des talibans ont augmenté ces dernières semaines, capturant des dizaines de districts et de régions frontalières clés aux mains des forces de sécurité et de l’armée afghanes chancelantes.

Les talibans ont lancé leur offensive à travers le pays alors que les dernières troupes américaines se préparent à partir le mois prochain, s’emparant de plus de dix capitales provinciales au fur et à mesure de leur avancée.

Les réfugiés ont fui vers les frontières pour s’échapper alors que le groupe terroriste brutal balaie le pays.

SIÈGE DE KANDAHAR

Et des dizaines de civils ont été traînés hors de leurs maisons et exécutés alors que le groupe terroriste continue de se déchaîner dans Kandahar.

Nazar Mohammad, un comédien populaire, fait partie des personnes tuées alors que des dizaines de milliers de réfugiés fuient la deuxième ville d’Afghanistan, a-t-on appris.

On dit que des militants talibans vont de maison en maison à la périphérie de Kandahar à la recherche de fonctionnaires.

Des images choquantes ont vu le jour de l’artiste, qui avait travaillé comme policier dans le district de Shah Wali Kot, d’abord adossé à un arbre, puis allongé sur le sol, la gorge tranchée.

Les talibans ont nié être impliqués dans son meurtre, mais sa famille a accusé le groupe terroriste.

Les habitants estiment qu’une centaine de personnes ont été tuées au cours des deux dernières semaines et que 300 autres sont portées disparues.

Les autorités estiment que plus de 150 000 civils ont été déplacés dans le sud de Kandahar – le berceau des talibans dans les années 1990.

Et des photos effrayantes de « remise des diplômes » de style ISIS montrant des combattants talibans posant dans ce que l’on pense être des équipements militaires américains volés ont également fait leur apparition.

Les photos montrent le 313 Bataillon Badri – la branche militaire d’Al-Qaïda au Pakistan avec des membres dont les talibans et des groupes djihadistes alliés – honorant leurs « unités nouvellement diplômées ».

Des soldats masqués vêtus de tenues militaires complètes et armés de fusils d’assaut alignés dans les snaps structurés.

Ils posent également à genoux en brandissant leurs armes, ainsi qu’en brandissant fièrement le drapeau des talibans.

Les images font écho à celles précédemment publiées par l’Etat islamique montrant des djihadistes nouvellement diplômés agitant la bannière noire et blanche de l’Etat islamique lors d’un défilé.

Alors que les États-Unis se sont engagés à retirer leurs troupes, ils ont lancé une série de frappes aériennes, mais les responsables disent qu’il n’y a « aucun changement de politique ».

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré que les forces afghanes devaient se regrouper et défendre des points clés afin d’empêcher les talibans d’avancer avant d’essayer de récupérer le territoire perdu.

Un responsable afghan de la sécurité au poste de contrôle de Jalalabad

Un responsable afghan de la sécurité au poste de contrôle de JalalabadCrédit : EPA
Des soldats afghans échangent des tirs avec des militants talibans dans la ville de Shiberghan, dans la province de Jawzjan

Des soldats afghans échangent des tirs avec des militants talibans dans la ville de Shiberghan, dans la province de JawzjanCrédit : Rex
Un responsable de la sécurité afghan monte la garde au poste de contrôle de Jalalabad

Un responsable de la sécurité afghan monte la garde au poste de contrôle à JalalabadCrédit : EPA
Des combattants talibans s’entraînent avec un « équipement militaire américain volé » et posent pour une photo effrayante de « remise des diplômes » à la Daesh alors que des fanatiques terrorisent l’Afghanistan

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments