Skip to content

Les universités ne doivent pas permettre aux étudiants de bloquer des sociétés pro-vie ou chrétiennes en raison d'une "hypersensibilité", a déclaré le responsable des égalités.

Isaac, président de la Commission pour l'égalité et les droits de l'homme, a déclaré que les universités devraient être «des bastions du débat et des défenseurs de l'expression».

S'exprimant jeudi soir à l'École des études orientales et africaines (SOAS) à Londres, il a critiqué les associations d'étudiants qui tentent d'empêcher les sociétés chrétiennes et pro-vie d'avoir des stands aux Freshers 'Fairs ou de louer des salles pour leurs événements.

"Cela n'est pas compatible avec la garantie de la liberté d'expression sur le campus, et les directives de la EHRC indiquent clairement que cela ne devrait pas se produire", a-t-il déclaré. M. Isaac s'exprimait lors du lancement du rapport du groupe de réflexion Theos sur la foi sur le campus.

«Nous vivons à une époque d'hypersensibilité, où il est de plus en plus facile de se sentir offensé – ou préoccupé par d'autres personnes de protéger les groupes minoritaires», a-t-il déclaré.

L’année dernière, un groupe d’étudiants pro-vie s’est vu refuser l’autorisation d’installer des stands dans trois salons de l’université.

L'organisme de bienfaisance, appelé Life, a écrit au responsable indépendant de la réglementation de l'enseignement supérieur en Angleterre pour exprimer son inquiétude "contre les comportements discriminatoires et les violations de la liberté d'expression … de la part d'un certain nombre d'unions d'étudiants universitaires".

En 2017, un Oxford College a interdit à l'Union chrétienne de participer à son salon des étudiants en première année au motif qu'elle serait «aliénante» pour les étudiants d'autres religions et constituerait une «micro-agression».

L’organisateur de la foire Balliol a invoqué l’usage historique du christianisme comme «une excuse pour l’homophobie et certaines formes de néo-colonialisme» signifiait que les étudiants pourraient se sentir «indésirables» dans leur nouveau collège si l’Union chrétienne avait un stand.

À l’époque, le vice-président du comité de la salle commune junior (RJC) de Balliol avait déclaré que si un représentant de l’Union chrétienne assistait à la foire, cela pourrait causer "un préjudice potentiel" aux nouveaux venus.

Source

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *