Skip to content

(Reuters) – L'administration Trump envisage de mettre une partie de Amazon.com Inc (AMZN.O) des sites Web à l'étranger sur une liste de marchés mondiaux connus pour les produits contrefaits, a rapporté vendredi le Wall Street Journal, citant des personnes familières avec l'affaire.

Les sites Web d'Amazon pourraient être ajoutés à la liste des marchés notoires de l'USTR: WSJ

FILE PHOTO: le logo d'Amazon est visible sur la porte d'un magasin Amazon Books à New York, États-Unis, le 14 février 2019. REUTERS / Brendan McDermid

L'action serait prise par le bureau du représentant américain au commerce via sa liste annuelle des «marchés notoires», selon le rapport, ajoutant qu'aucune décision n'avait été prise et que des propositions similaires l'année dernière avaient finalement été rejetées.

Amazon a déclaré qu'il «interdisait strictement» les produits contrefaits sur ses plateformes et investissait massivement pour protéger les clients contre de tels articles.

"La lutte contre la contrefaçon nécessite une collaboration dans l'ensemble de l'industrie – des détaillants, des marques, des forces de l'ordre et du gouvernement et nous continuons d'être activement engagés avec ces parties prenantes alors que nous tenons les mauvais acteurs pour responsables et éliminons la contrefaçon dans notre magasin", a déclaré la société dans un communiqué. déclaration.

Le Bureau du représentant américain au commerce (USTR) n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Au fil des ans, la liste comprend la plus grande plateforme de commerce électronique de Chine, Taobao.com, détenue et exploitée par Alibaba Group Holding Ltd (BABA.N).

En octobre, l'American Apparel and Footwear Association (AAFA), pour la deuxième année consécutive, a exhorté l'USTR à inclure les domaines étrangers détenus et exploités par Amazon sur la liste.

L'organisme commercial compte certains des plus grands détaillants et marques comme Macy’s Inc (M.N) et Adidas AG (ADSGn.DE) parmi ses membres.

"Malgré son rôle de leader dans le paysage mondial de la vente au détail et en tant que partenaire de vente important pour bon nombre de nos marques membres, Amazon continue de présenter des défis importants en matière de contrefaçon", a déclaré AAFA dans sa soumission à l'USTR en octobre.

En réponse à AAFA, Amazon a déclaré avoir investi plus de 400 millions de dollars en personnel et employé plus de 5000 personnes en 2018 pour lutter contre la fraude et la contrefaçon dans ses magasins.

La Maison Blanche a refusé de commenter.

Rapports de Nandita Bose et David Shepardson à Washington et Ambhini Aishwarya à Bengaluru; Montage par Patrick Graham et Matthew Lewis

Nos normes:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *