Skip to content

NAIROBI (Reuters) – Les chefs de l’antidopage et de l’athlétisme du Kenya ont contesté vendredi un rapport de l’Unité pour l’intégrité des athlètes (AIU) qui a classé la nation de l’Afrique de l’Est au troisième rang des nations les plus infidèles dans le sport.

L'AIU a déclaré que le Kenya, réputé pour sa suprématie dans les distances moyenne et longue distance, comptait 41 athlètes interdits de dopage, soit le troisième plus grand nombre d'athlètes trompeurs, avec des chiffres inférieurs à ceux de la Russie suspendue (87) et de l'Inde (42).

«Bien que le rapport nous confirme qu'il reste encore du travail à faire, nous avons beaucoup fait en termes de tests, d'éducation et de surveillance continue», a déclaré à Reuters Japhter Rugut, directeur général de l'Agence antidopage du Kenya (ADAK).

"Le Kenya a beaucoup d'athlètes, comparer la fréquence au nombre d'athlètes peut donc ne pas donner un chiffre précis car la probabilité d'obtenir un résultat positif est plus élevée", a-t-il ajouté.

«Le laboratoire accrédité par l’AMA a commencé à opérer à Nairobi et nous y avons effectué de nombreux tests. En tête des championnats du monde (à Doha), nous effectuerons au moins quatre tests sur chaque athlète qui sera sélectionné. ”

Barnaba Korir, membre du comité exécutif d'Athletics Kenya (AK), a qualifié le dopage de phénomène mondial, mais a ajouté que l'exposition fréquente de tricheurs "est le résultat d'efforts concertés de AK, ADAK et AIU pour les rattraper".

"En raison de la forte concentration d'athlètes d'élite, le Kenya pourrait occuper un rang élevé, mais si on le regarde par habitant, nous ne serions peut-être pas si mal lotis", a-t-il déclaré, ajoutant que les tests se poursuivraient.

Le grand athlète kenyan, Kipchoge Keino, a toutefois exigé que la cause fondamentale du dopage soit traitée en premier.

«Qui sont ces personnes sans visage qui tuent nos athlètes talentueux? Nous devrions commencer à partir de là, puis les soumettre aux lois du pays. Ils détruisent l'héritage que nous avons bâti au fil des ans et tuent toute une génération de nos jeunes », a déclaré le double champion olympique âgé de 79 ans.

Rugut a ajouté qu'ADAK était toujours en contact avec AK pour s'assurer que les tests et l'éducation soient terminés. Il a ajouté que le laboratoire accrédité par l'AMA avait également effectué des tests en provenance d'Éthiopie et espérait que d'autres pays voisins feraient de même.

Édité par Christian Radnedge

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *