Les responsables éludent la question du rôle possible du Canada dans la mission militaire en Haïti – Kelowna Capital News

Les efforts pour organiser une intervention militaire multilatérale dans Haïti ravagé par les gangs sont en cours – mais ni Antony Blinken ni Mélanie Joly n’étaient disposés à dire publiquement jeudi si le Canada serait engagé pour le diriger.

Le secrétaire d’État américain et son homologue canadien aux affaires étrangères se sont rencontrés à Ottawa le premier jour de la visite de deux jours de Blinken au nord de la frontière, sa première en personne depuis qu’il est devenu le plus haut diplomate de l’administration Biden l’année dernière.

Ils ont discuté de la guerre en cours de la Russie en Ukraine, de l’escalade des protestations contre les droits des femmes en Iran et de la décision récemment annoncée du Canada de demander l’adhésion à un cadre commercial dirigé par les États-Unis dans l’Indo-Pacifique, entre autres.

Mais s’attaquer à la crise en Haïti sans chef, un endroit ravagé par des gangs pilleurs au milieu d’une épidémie de choléra qui s’aggrave, a pris une nouvelle urgence – en particulier après que des responsables américains ont désigné le Canada cette semaine comme un acteur clé potentiel.

Une telle mission aurait une “portée limitée”, a déclaré Blinken, et se concentrerait sur le soutien aux forces de police débordées en Haïti afin que la sécurité puisse être rétablie, que l’aide humanitaire puisse être acheminée et que des élections puissent avoir lieu.

“Nous discutons entre nous, mais aussi… avec de nombreux autres pays pour savoir qui pourrait être disposé à participer à une telle mission, ainsi que qui la dirigera”, a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse avec Joly à ses côtés.

« C’est une conversation continue que nous avons tous les deux et que nous avons avec d’autres. C’est donc un travail en cours, et nous continuons à le poursuivre.

Haïti, a déclaré Joly, fait maintenant face à une « triple crise » qui se développe depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021 : une absence quasi totale de sécurité publique, une catastrophe humanitaire qui s’aggrave et un gouvernement intérimaire impuissant.

Des gangs en maraude et en guerre ont pris le contrôle d’institutions clés dans la capitale Port-au-Prince et ailleurs, et bloquent l’accès à un terminal pétrolier clé, exacerbant la pénurie de produits de base, d’eau potable et de services médicaux.

Pour couronner le tout, le pays fait face à une épidémie de choléra. Le ministère haïtien de la Santé a déclaré dimanche qu’il était au courant de 2 243 personnes suspectées et de 55 décédées – des chiffres qui, selon l’ONU, sous-estiment probablement l’étendue de la catastrophe.

Plus tôt jeudi, Joly a annoncé que le Canada entreprenait une «mission d’évaluation» en Haïti pour avoir une idée de la situation sur le terrain, consulter les partenaires régionaux et déterminer la meilleure façon de «contribuer à la réponse internationale».

« Nous l’avons dit à plusieurs reprises : nous soutiendrons toujours des solutions qui sont par et pour les Haïtiens, car nous croyons au fait que les solutions sont meilleures, quand… elles sont prises par eux et que nous les soutenons », a-t-elle déclaré.

«Nous devons nous assurer que c’est, oui, le Canada et les États-Unis qui collaborent avec les Haïtiens, mais aussi avec de nombreux autres pays. En fin de compte, nous devons nous assurer qu’il existe une forte légitimité pour cette approche.

Le Canada et les États-Unis ont déjà envoyé des véhicules blindés, et les Nations Unies envisagent une intervention militaire pour rétablir l’ordre, qui a été approuvée par le secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

Les responsables américains disent que la résolution devrait être adoptée au début de novembre et ont expressément mentionné le Canada comme candidat pour diriger une telle mission.

“Il y a un certain nombre de pays qui ont les compétences pour le faire, et parmi ces pays se trouve le Canada”, a déclaré l’adjoint de Blinken pour l’hémisphère occidental, Brian Nichols, plus tôt cette semaine lors d’une conférence de presse avant le voyage.

Une mesure importante que le Canada pourrait prendre, a déclaré Joly, serait d’imposer des sanctions aux individus et aux organisations qui sont impliqués dans le financement des gangs et leur anarchie.

“Nous devons nous assurer que nous avons une approche forte en matière de sanctions” parallèlement aux efforts parallèles qui se dessinent au Conseil de sécurité de l’ONU, a-t-elle déclaré.

« La conversation concernant les sanctions est bonne et vivante, et nous devons nous assurer que les personnes qui profitent de la violence dans les rues de Port-au-Prince soient tenues responsables.

Blinken et Joly ont également discuté du dernier irritant canado-américain : une impasse sur le programme de voyageurs de confiance connu sous le nom de Nexus, un effort bilatéral entre les autorités frontalières pour accélérer les visiteurs présélectionnés.

Alors que les bureaux de Nexus aux États-Unis – fermés pendant la pandémie de COVID-19 – sont ouverts depuis avril, les 13 centres d’inscription du Canada restent fermés parce que les douanes et la protection des frontières refusent d’envoyer des agents pour les doter en personnel.

L’agence souhaite que ses agents Nexus au Canada aient le même niveau de protection juridique dont ils bénéficient aux points d’entrée existants comme la frontière terrestre et les aéroports, mais le gouvernement fédéral a suggéré que de tels changements seraient impossibles.

Blinken et Joly ont tous deux suggéré jeudi que les deux proches alliés seraient en mesure de résoudre l’impasse le plus tôt possible.

“Nous sommes en mode solution et nous trouverons une solution, j’en suis convaincu”, a déclaré Joly.

—James McCarten, La Presse canadienne

Politique FédéraleHaïtiMilitaire