Dernières Nouvelles | News 24

Les remarques du pape François sur les séminaristes homosexuels sont « sorties de leur contexte et utilisées pour diviser », selon un évêque italien

Les remarques du pape François à la conférence des évêques italiens concernant les homosexuels et l’entrée au séminaire ont été « sorties de leur contexte et utilisées pour diviser » par ceux qui les ont divulguées à la presse, a déclaré le vice-président de la conférence au principal quotidien italien Il Corriere. della Sera, le 29 mai.

Le lundi 27 mai, les médias italiens ont rapporté que le pape, lors d’une réunion à huis clos avec les évêques italiens, avait utilisé le mot « frociaggine », une insulte anti-gay, lors d’une discussion sur la culture dans les séminaires.

« Le pape n’est pas homophobe et ne l’a jamais été », a déclaré Mgr Francesco Savino, évêque du diocèse de Cassano all’Jonio, dans le sud de l’Italie, 69 ans. Il a nié que, lors de son entretien avec les évêques italiens du 20 mai, le pape François ait donné un « non » catégorique à l’entrée des homosexuels au séminaire. « Il n’y a pas de non a priori », a-t-il déclaré. « Sa véritable préoccupation est la sérénité de tous. Le pape voulait dire que les candidats [for the priesthood and entry to the seminary]que ce soit homo[sexual] ou hétéro[sexual], doit être capable de bien vivre ses promesses en matière d’obéissance, de pauvreté et de chasteté ; aimer avec un cœur plein et les mains vides.

Mardi, le Bureau de presse du Saint-Siège a déclaré dans un communiqué : « Le pape François n’a jamais eu l’intention d’offenser ou de s’exprimer en termes homophobes, et il présente ses excuses à ceux qui se sont sentis offensés par l’utilisation d’un mot, évoqué [to] par d’autres. »

Mgr Savino a déclaré au correspondant vatican du Corriere della Sera, Gian Guido Vecchi : « Ce qui est douloureux, cependant, c’est l’incompréhension de ce qu’il a dit. La volonté diabolique, au sens grec littéral du mot – dià-bollo, diviser… »

[Pope Francis used an anti-gay slur. What now for L.G.B.T.Q. Catholics?]

Il a rappelé qu’au début des assemblées biannuelles de la conférence épiscopale italienne, « nous, les évêques, rencontrons le pape et nous dialoguons en privé avec une grande liberté, car le pape lui-même nous dit de dire ce que nous pensons sans crainte et avec franchise », avec le parrêsia de l’Évangile. »

Mgr Savino a déclaré qu’il ne savait pas lequel des plus de 200 évêques présents à l’assemblée plénière du 20 mai avait divulgué les paroles du pape à la presse. Il a dénoncé cette grave violation de la confidentialité. Mais, a-t-il ajouté, « quel qu’il soit, il devra composer avec sa conscience et avec le sens de la collégialité avec les autres évêques ».

Bien que Mgr Savino n’ait pas évoqué l’utilisation de ce terme offensant par le pape, il a expliqué qu’une « lecture unilatérale et trompeuse » de ce que le pape avait réellement dit avait été divulguée à des personnes extérieures. Et outre le fait que François « vient d’Amérique latine et que l’italien n’est pas sa propre langue », a-t-il dit, c’est « un principe herméneutique fondamental » qu’« un mot ou une phrase sortis du contexte dans lequel ils ont été prononcés peuvent transmettre un message totalement différent de l’authentique.

Il a fourni le contexte des remarques du pape :

François, en grand éducateur, parlait de la formation des candidats au sacerdoce. Il se souciait du bonheur du futur prêtre, qu’il soit homosexuel ou hétérosexuel, car un prêtre doit être serein. [at peace] avec lui-même, un homme qui s’est réconcilié avec lui-même, qui est heureux et qui est capable de transmettre de la joie. Et le bonheur passe aussi par une relation harmonieuse avec sa propre sexualité.

En novembre dernier, à Assise, les évêques italiens ont approuvé à la majorité un texte dans lequel ils distinguaient les « tendances » et les « actes » homosexuels. Dans le document sur la formation au sacerdoce, les évêques n’ont pas interdit l’entrée au séminaire aux hommes homosexuels en tant que tels, mais uniquement à ceux qui ne pouvaient pas maintenir leur engagement de chasteté.

Lorsqu’on lui a demandé si les remarques du pape François à l’assemblée des évêques italiens allaient à l’encontre de cela, Mgr Savino a répondu : « Absolument non ! La préoccupation du pape était essentiellement éducative, dans le sens d’une éducation holistique et complète de la personne : vous devez être accompagné dans un processus de formation qui vous permet d’être fidèle à votre ordination. Il a ajouté : « Cela n’a aucun sens de penser que François a prononcé un discours homophobe. »

Mgr Savino a rappelé qu’au début de son pontificat, François avait dit : « Qui suis-je pour juger ? en réponse à une question sur les prêtres homosexuels, et plus récemment, le pape a autorisé la bénédiction pastorale des couples homosexuels, suscitant les critiques de certains membres de l’Église.

« Il a toujours été attentif et respectueux au sujet de l’homosexualité. Et de son premier document pastoral, l’exhortation ‘Evangelii Gaudium« , et tout au long de son pontificat, la proposition clé a toujours été l’inclusion », a déclaré Mgr Savino. Il a rappelé que, comme le dit hier la déclaration du Vatican, François a toujours dit : « L’Église accueille tout le monde, tout le monde, tout le monde ».

Il a confirmé que le document des évêques italiens sur la formation au sacerdoce est en cours d’examen par le Saint-Siège et a rappelé qu’un des groupes de travail du synode réfléchissait sur la question. Mgr Savino a prédit que la réflexion sur la formation « se poursuivra certainement ». Il a cité les paroles du célèbre cardinal jésuite italien Carlo Maria Martini, qui a déclaré : « Ce sont les questions, plus que les réponses, qui nous aident à grandir ».


Source link