Skip to content

La Commission européenne a approuvé jeudi les plans de Berlin prévoyant de contribuer 6 milliards d’euros à la recapitalisation de Deutsche Lufthansa AG (DLH), la société mère du groupe Lufthansa, pour aider le pays à sauver son porte-drapeau des conséquences de la crise des coronavirus.

La mesure de recapitalisation a été approuvée dans le cadre temporaire de l’UE en matière d’aides d’État et fait partie d’un plan de sauvetage plus large contre les coronavirus qui prévoit également une garantie de l’État sur un prêt de 3 milliards d’euros que l’Allemagne envisage d’accorder à DLH.

« Ce montant d’aide substantiel aidera Lufthansa à surmonter la crise actuelle des coronavirus, qui a particulièrement touché le secteur aérien », a déclaré Margrethe Vestager, vice-présidente de la Commission, chargée de la politique de concurrence.

Le commissaire a toutefois souligné que l’approbation est assortie d’une conditionnalité, étant donné que Lufthansa sera invitée à libérer des créneaux horaires dans les aéroports de Munich et de Francfort, afin de maintenir des conditions de concurrence équitables pour les autres sociétés.

« Il est assorti de conditions, notamment pour garantir que l’État est suffisamment rémunéré, et de nouvelles mesures pour limiter les distorsions de concurrence », a ajouté Vestager.

Plus tard dans la journée, les actionnaires du porte-drapeau allemand ont approuvé le plan de sauvetage des coronavirus de 9 milliards d’euros de Berlin, qui donnera au gouvernement allemand une participation de 20% dans la compagnie aérienne, ainsi que deux sièges au conseil de surveillance.

Le groupe Lufthansa, qui comprend Austrian Airlines, Swiss International, Brussels Airlines, aurait perdu 1 million d’euros de réserves de trésorerie chaque heure, en raison de l’effondrement de la demande de voyages en avion.