Skip to content
Les régulateurs de l'UE réexamineront les règles définissant le pouvoir de marché des entreprises

PHOTO DE DOSSIER: la commissaire européenne désignée pour l'Europe apte à l'ère numérique Margrethe Vestager du Danemark ajuste un écouteur lors de son audition devant le Parlement européen à Bruxelles, Belgique, le 8 octobre 2019. REUTERS / Francois Lenoir / File Photo

BRUXELLES (Reuters) – Les régulateurs de l'UE réexamineront les règles vieilles de deux décennies qui déterminent si les entreprises ont le pouvoir de limiter leurs concurrents ou de contrôler les prix pour tenir compte de la mondialisation et de la numérisation, a déclaré lundi la chef de la concurrence européenne Margrethe Vestager.

Son annonce est intervenue au milieu des critiques des avocats et des universitaires selon lesquelles les lois antitrust de l’Union européenne n’ont pas suivi l’époque alors que les régulateurs examinent les fusions et les pratiques anticoncurrentielles impliquant des sociétés mondiales en ligne.

La façon dont les régulateurs définissent les marchés peut les aider à mesurer le pouvoir de fixation des prix d’une entreprise dans le cadre d’une fusion ou son pouvoir d’exclure ses concurrents dans une affaire antitrust et les concessions qu’ils retirent de ces entreprises. Les règles actuelles remontent à 1997.

«Des changements tels que la mondialisation et la numérisation signifient que de nombreux marchés fonctionnent plutôt différemment de la manière dont ils fonctionnaient il y a 22 ans», a déclaré Vestager lors d'une conférence sur la concurrence à Chillin.

«Le moment est donc venu de revoir l'Avis de définition du marché. Nous voulons être sûrs que les conseils qu'il donne sont exacts et à jour, et définissent une approche claire et cohérente à la fois des affaires antitrust et des fusions dans différents secteurs, d'une manière qui est facilement accessible », a-t-elle déclaré, appelant à la rétroaction de parties intéressées.

L'examen portera sur la portée géographique des marchés. Siemens et Alstom, dont l'accord a été bloqué par Vestager en février, avaient fait valoir que les régulateurs auraient dû prendre davantage en compte les concurrents chinois et le marché mondial.

Les régulateurs examineront également comment les marchés sont définis en termes de produits et si les consommateurs peuvent facilement passer d'un produit à un autre, en particulier car la numérisation signifie que certains produits sont gratuits tandis que certains géants de la technologie sont également actifs dans différents domaines.

«Il peut donc arriver que nous devions également examiner comment ces écosystèmes peuvent laisser les consommateurs enfermés», a déclaré Vestager.

Reportage de Foo Yun Chee; Montage par Mark Potter

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *