Les propriétaires du nord-ouest font face à trente ans de factures énergétiques plus élevées

Selon une nouvelle analyse, les propriétaires du nord-ouest pourraient faire face à 30 ans de factures d’énergie plus élevées, car ils reviennent à rendre leur maison plus efficace.

Les maisons à Londres et dans le sud-est du pays devraient atteindre les objectifs d’ici 2031, selon la société de données immobilières Kamma, alors qu’elles pourraient emménager à Manchester et à Liverpool jusqu’en 2061.

Cela pourrait obliger les propriétaires et les locataires à payer des factures d’énergie plus élevées dans le Merseyside et ailleurs pendant jusqu’à trois décennies, et également compromettre les plans climatiques du Royaume-Uni.

Le gouvernement souhaite que les foyers du Royaume-Uni atteignent un score d’efficacité énergétique EPC C d’ici 2030. Le système EPC (Energy Performance Certificate) attribue une note comprise entre A, le meilleur et G, le pire.

Le fait de boucher les maisons qui fuient peut aider le Royaume-Uni à atteindre son objectif de ne pas émettre plus d’émissions qu’il n’en absorbe d’ici 2050, le soi-disant plan zéro net.

Les émissions des ménages représentent actuellement 22% des gaz à effet de serre produits au Royaume-Uni.

Plus de 60% des maisons britanniques ont une cote D ou moins, mais cela varie de 64% dans le Yorkshire et Humber à 55% à Londres, a déclaré Kamma.

Le Pays de Galles et les West Midlands se situent à 63% à D ou moins, tandis que le Nord-Ouest est légèrement meilleur à 62%.

Mais au lieu de se réduire, l’écart se creuse. Au cours de la dernière décennie, il y a eu plus d’améliorations de l’efficacité énergétique, telles que le double vitrage, l’isolation ou le chauffage solaire de l’eau, dans les maisons de Londres, que dans le nord-ouest – le domaine où les progrès ont été les plus lents.

«Nous devons doubler le rythme de l’amélioration de l’efficacité énergétique des maisons pour atteindre ces nouveaux objectifs d’ici 2030», a déclaré le directeur général de Kamma, Orla Shields.

Les chiffres de Kamma ont été publiés dans le cadre de ses preuves à une consultation gouvernementale sur l’utilisation du secteur immobilier pour encourager les propriétaires à améliorer l’efficacité énergétique.

Il comprend des propositions qui pourraient obliger les banques à révéler le montant qu’elles ont prêté pour améliorer l’efficacité énergétique, ainsi que la cote EPC de leur portefeuille de prêts hypothécaires.

Mme Shields a ajouté: « Les propositions du gouvernement visant à laisser les agents et les prêteurs jouer un rôle de premier plan dans la lutte pour améliorer l’efficacité énergétique donneront sans aucun doute plus d’élan pour résoudre le problème.

« Cependant, nous devons également prendre des mesures rapides pour remédier aux inégalités régionales qui existent depuis plus d’une décennie. »