Skip to content

NEW YORK (Reuters) – Les avocats du président américain Donald Trump et des procureurs de l'Etat de New York tentant d'obtenir les déclarations d'impôts de Trump devraient s'affronter devant une cour d'appel fédérale mercredi.

PHOTO DE DOSSIER: Donald Trump, président des États-Unis, s’adresse aux journalistes à propos de l’accord de la Turquie sur un cessez-le-feu en Syrie à son arrivée à Fort Worth, au Texas, le 17 octobre 2019. REUTERS / Jonathan Ernst / File Photo

L’affaire, qui sera débattue devant la deuxième cour d’appel du circuit américain à Manhattan, est l’une des nombreuses batailles juridiques au cours desquelles le président républicain cherche à protéger ses finances personnelles de tout contrôle.

En août, le procureur du district de Manhattan, Cyrus Vance, a présenté les déclarations de revenus de Trump de 2011 à 2018 ainsi que d’autres documents émanant de la société de comptabilité de longue date du président Mazars USA.

Cette assignation faisait partie d'une enquête criminelle sur Trump et son entreprise familiale. L'étendue de cette enquête n'est pas connue publiquement.

Trump a poursuivi le bureau de Vance devant le tribunal fédéral de Manhattan pour bloquer la citation à comparaître, arguant qu’en tant que président en exercice, il ne pouvait pas faire l’objet d’une enquête criminelle.

Le 7 octobre, le juge américain du district, Victor Marrero, a rejeté l’action en justice de Trump, affirmant que son affirmation selon laquelle il était à l’abri d’une enquête était «contraire à la structure gouvernementale et aux valeurs constitutionnelles de la nation».

L’enquête de Vance intervient dans le cadre d’une enquête de mise en accusation et d’enquêtes sur les finances de Trump menées par des démocrates à la Chambre des représentants des États-Unis.

Plus tôt ce mois-ci, une cour d’appel fédérale à Washington a soutenu les efforts d’un comité de surveillance de la Chambre pour obtenir les dossiers financiers de Trump auprès de Mazars.

Le 2e circuit a suspendu l’ordre du 7 octobre de Marrero jusqu’à ce qu’il examine le cas. Le bureau de Vance a accepté de ne pas appliquer son assignation à comparaître pendant 10 jours si le tribunal se prononce en sa faveur, afin de donner à Trump le temps de faire appel de la décision auprès de la Cour suprême des États-Unis.

Le ministère américain de la Justice a pesé de tout son poids dans cette affaire, arguant que Vance devait faire une "démonstration approfondie et détaillée" qu'il avait besoin des documents pour son enquête.

Bien que le ministère se soit abstenu de dire à Vance de ne pouvoir obtenir les retours sous aucun prétexte, il a toutefois précisé qu’il était «peu probable» de pouvoir en démontrer le besoin immédiat, car la Constitution américaine interdit aux États de poursuivre un président en exercice.

Deux autres comités de la Chambre cherchent à obtenir les documents financiers de Trump auprès de Deutsche Bank AG et de Capital One Financial Corp. Le 2e circuit examine actuellement une action en justice intentée par Trump pour les empêcher d’obtenir ces documents, qui ne comprennent pas ses déclarations de revenus.

L’enquête de destitution a porté sur la demande du président, dans un appel téléphonique en juillet, au président ukrainien Volodymyr Zelenskiy d’enquêter sur l’ancien vice-président démocrate Joe Biden, un des principaux candidats à la nomination à la présidence démocrate de 2020.

Reportage de Brendan Pierson à New York; Édité par David Gregorio

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *