Skip to content

NAIROBI (Reuters) – Un groupe de banques kenyanes a annoncé mercredi l'octroi d'un prêt de 10 milliards de shillings kenyans (97 millions de dollars) à de petites et moyennes entreprises dans le cadre d'un nouveau service de prêt sur téléphone mobile destiné à un segment en croissance rapide et sous-desservi .

Les prêteurs kényans ciblent les petites et moyennes entreprises avec des prêts numériques

DOSSIER PHOTO: Les clients attendent d'être servis dans la salle des guichets de la Kenya Commercial Bank (KCB), succursale Kencom à Nairobi, au Kenya, le 10 juillet 2018. Photo prise le 10 juillet 2018. REUTERS / Thomas Mukoya / File Photo

Les prêts sur téléphones mobiles se sont développés dans ce pays d’Afrique de l’Est, principalement en raison du succès de la plate-forme M-Pesa de l’opérateur de télécommunications Safaricom, le premier service de ce type mis au point en 2007.

Connu sous le nom de Stawi, le service a attiré 100 000 clients qui ont déjà emprunté 100 millions de shillings au cours d’une phase d’essai commencée en mai, a déclaré la Kenya Bankers ’Association.

Il envisage maintenant de prêter 10 milliards de shillings au cours de la prochaine phase, a-t-il déclaré, sans donner de calendrier.

Stawi est soutenu par le groupe KCB (KCB.NR), NCBA Bank NCBA.NR, Banque coopérative du Kenya (COOP.NR) et Diamond Trust Bank (DTK.NR).

Les entreprises qui s'inscrivent peuvent emprunter entre 30 000 et 250 000 shillings, à un taux d'intérêt annuel de 9%, ce qui correspond au taux en vigueur à la banque centrale, avec des délais de remboursement allant de un à douze mois, a indiqué l'association.

"Il utilisera les transactions des clients pour générer des données fiables et évaluer la solvabilité de ces entreprises", a déclaré le président Uhuru Kenyatta lors d'une cérémonie officielle de lancement de Stawi.

KCB et NCBA offrent déjà des prêts personnels et des économies sur les téléphones mobiles avec Safaricom (SCOM.NR) en utilisant sa plate-forme M-Pesa.

Les petites et moyennes entreprises se plaignent depuis longtemps d'un manque d'accès au crédit ou des taux d'intérêt élevés qui leur sont facturés en raison de la perception des prêteurs qu'elles sont trop risquées.

La situation a été aggravée par le plafonnement des taux de prêt commerciaux, que le Parlement a décidé de supprimer mardi.

Au moins un million de clients ont été exclus des prêts par les banques lorsque le gouvernement a imposé le plafonnement des taux en 2016, a déclaré l’association des banquiers, jugés trop risqués par les prêteurs.

Les prêts aux petites et moyennes entreprises ont chuté de 1 900 milliards de shillings depuis l'imposition du plafond, a-t-il ajouté.

Le gouvernement affirme que les petites et moyennes entreprises représentent plus de 80% de toutes les entreprises du pays, fournissent environ 75% des emplois et environ 30% du produit intérieur brut annuel.

Kenyatta a mis en garde les banquiers contre le refus de prêter de l'argent au secteur en faveur d'obligations gouvernementales relativement plus sûres.

Édité par Duncan Miriri et Emelia Sithole-Matarise

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *