Les premiers benchmarks Pixel 6 placent les performances du processeur en dessous de Snapdragon 888, Exynos 2100

Le tout premier chipset mobile de Google, Tensor, est au cœur des nouveaux Pixel 6 et 6 Pro. La puce provient des fonderies 5 nm de Samsung et présente une configuration de processeur inhabituelle avec deux cœurs Cortex-X1, deux Cortex-A76 (de 2018 !) et quatre A55.

Le cœur X1 était assez populaire cette année, c’était le cœur principal des Snapdragon 888 et Exynos 2100 (tous deux fabriqués sur le nœud 5 nm de Samsung), et nous savons déjà comment il fonctionne. Les premiers résultats monocœurs de Geekbench ne sont donc pas vraiment surprenants (notez que Geekbench rapporte que le cluster X1 ne fonctionnait qu’à 2,8 GHz, même si nous le voyons souvent à 2,9 GHz ou même à 3,0 GHz).

Le mélange de processeurs habituel, cependant, conduit à des performances multicœurs inférieures par rapport à ces deux-là. En partie parce qu’ils utilisent les nouveaux cœurs Cortex-A78 (trois d’entre eux) à la place de l’A76. Ces cœurs X1 sont également gourmands en énergie, il sera donc intéressant de voir comment Google a divisé le budget thermique.

Scores Geekbench 5: Pixel 6 Pro
Scores Geekbench 5 : Pixel 6
Scores Geekbench 5: Black Shark 4 Pro (SD 888)
Scores Geekbench 5: Galaxy S21 Ultra (Exynos 2100)

Scores Geekbench 5: Pixel 6 Pro • Pixel 6 • Black Shark 4 Pro (SD 888) • Galaxy S21 Ultra (Exynos 2100)

Nous avons un Pixel 6 Pro à des fins d’examen, nous allons donc exécuter nos propres benchmarks pour voir comment le chipset Tensor se gère. Mais on ne peut s’empêcher de regarder le calendrier – la puce Google se retrouvera bientôt face aux successeurs du Snapdragon 888 et Exynos 2100 et ceux-ci utiliseront les nouveaux cœurs Cortex-X2 et A710, ce qui devrait leur donner une avance facile. en performances.

Cela dit, les premiers benchmarks graphiques semblent prometteurs. Le GPU Mali-G78 MP20 de Tensor est assez costaud et semble avoir une avance sur la plupart des téléphones Android dans le banc Wildlife Extreme de 3DMark. Les résultats proviennent des premières personnes à recevoir leurs unités Pixel 6 et il y a quelques incohérences.

Le chipset Tensor de Pixel 6 est prometteur dans le benchmark Wild Life Extreme de 3DMark
Le chipset Tensor de Pixel 6 est prometteur dans le benchmark Wild Life Extreme de 3DMark
Le chipset Tensor de Pixel 6 est prometteur dans le benchmark Wild Life Extreme de 3DMark

Le chipset Tensor de Pixel 6 est prometteur dans le benchmark Wild Life Extreme de 3DMark

Mieux encore, le Tensor dispose d’un matériel personnalisé pour les tâches d’apprentissage automatique, qui exécutera les algorithmes de traitement d’image (et autres) de Google. Cela signifie que la puce est performante là où cela compte (pour Google) : elle aide l’appareil photo à prendre des photos et des vidéos impressionnantes avec des effets avancés (mode mouvement, suppression du flou, mode d’amélioration de la parole pour les vidéos et application de HDRnet aux vidéos jusqu’à 4K60, etc.).

Source 1 | Passant par | Source 2 | Source 3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *