Skip to content
Les pays de l'UE soutiennent la ligne dure sur les fournisseurs de la 5G en coup potentiel pour Huawei

DOSSIER DE PHOTO: Un homme est titulaire d'un smartphone Huawei 5G au salon international de l'électronique grand public à Pékin, en Chine, le 2 août 2019. REUTERS / Thomas Peter

BRUXELLES (Reuters) – Les pays de l'UE ont approuvé vendredi une approche difficile en matière de sélection de fournisseurs 5G, notamment en examinant le cadre juridique national auquel ils sont soumis, ce qui pourrait porter un coup dur au leader du marché des équipements de télécommunications, Huawei Technologies.

Les ambassadeurs réunis à Bruxelles ont approuvé cette approche, a déclaré une porte-parole de la Finlande, qui assure actuellement la présidence tournante de l'UE, dans un tweet.

Les pays de l'UE devraient prendre en compte des facteurs non techniques tels que le cadre juridique et politique auquel les fournisseurs peuvent être soumis dans des pays tiers, a déclaré un projet de document vu par Reuters avant la réunion. Le document ne mentionnait aucun pays ni aucune entreprise en particulier.

Les gouvernements de l'UE devraient également diversifier leurs fournisseurs et ne pas dépendre d'un fournisseur, indique le document. Les ministres de l'UE donneront leur feu vert à cette approche lors d'une réunion le mois prochain.

Les Etats-Unis ont demandé à l'UE d'interdire les équipements Huawei, affirmant que ses équipements pourraient être utilisés par la Chine à des fins d'espionnage. Les inquiétudes ont porté sur une loi chinoise sur la coopération des entreprises nationales avec le gouvernement en matière de sécurité, les détracteurs affirmant que cela pourrait les contraindre à être un véhicule de l'espionnage chinois.

La société Shenzen, qui fait concurrence à la société finlandaise Nokia (NOKIA.HE) et le suédois Ericsson (ERICb.ST) a nié les accusations des États-Unis et a rejeté les préoccupations comme étant sans fondement.

Le mois dernier, l'UE a mis en garde contre le risque d'augmentation des cyberattaques perpétrées par des entités soutenues par l'État, mais n'a nommé aucune entreprise ni aucun pays. Le bloc considère les réseaux 5G comme essentiels pour stimuler la croissance économique.

L'UE étudie actuellement une "boîte à outils" de mesures d'ici la fin de l'année afin de réduire les risques de cybersécurité aux niveaux national et local. L'Agence européenne pour la cybersécurité est également en train de finaliser une carte des menaces spécifiques liées aux réseaux 5G.

Reportage de Foo Yun Chee; Édité par Toby Chopra

Nos standards:Les principes de Thomson Reuters Trust.

Heliabrine Monaco

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *