Les pays de l’UE déchirés par la décision d’interdire les visas touristiques en Russie

Commentaire

PRAGUE – Les pays de l’Union européenne du Nord ont appelé mercredi le bloc des 27 nations à imposer une large interdiction des visas touristiques aux citoyens russes, insistant sur le fait que la question est une question de sécurité nationale alors que la guerre du président Vladimir Poutine contre l’Ukraine s’éternise.

Mais lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE dans la capitale tchèque, Prague, d’autres pays membres, comme la France, l’Allemagne et la Belgique, ont fait valoir qu’il était important de ne pas punir les Russes qui pourraient très bien s’opposer à la guerre ou avoir besoin d’entrer en Europe à des fins humanitaires. .

L’UE a déjà renforcé les restrictions de visa pour les fonctionnaires et hommes d’affaires russes en mai dans le cadre d’un accord de 2007 visant à faciliter les voyages entre la Russie et l’Europe. Mais les appels se multiplient, notamment de la Pologne et des pays baltes – Estonie, Lettonie et Lituanie – pour une interdiction plus large des touristes.

“Nous devons immédiatement augmenter le prix pour le régime de Poutine”, a déclaré le ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Reinsalu aux journalistes. “La perte de temps est payée par le sang des Ukrainiens.”

Des règles uniformes sont censées s’appliquer dans les 26 pays qui composent la zone de voyage sans passeport de l’Europe, mais Reinsalu a déclaré que “c’est notre compétence nationale, en vertu du principe de sécurité nationale, de décider des questions d’entrée sur notre sol”.

Au fil des ans, plusieurs pays ont réintroduit des contrôles aux frontières pour des raisons de sécurité dans l’« espace Schengen », dans lequel les Européens et les visiteurs peuvent voyager librement sans contrôle d’identité.

Le ministre finlandais des Affaires étrangères, qui partage la plus longue frontière de l’UE avec la Russie, a souligné que son pays réduirait, à partir de jeudi, le nombre de visas délivrés aux citoyens russes à 10% de la normale. Ils ne pourront demander le titre de transport que dans quatre villes russes.

“Il est important que nous montrions qu’en même temps que les Ukrainiens souffrent, le tourisme normal ne devrait pas continuer comme d’habitude”, a déclaré Pekka Haavisto. « La Finlande a déjà pris notre décision de limiter le nombre de visas touristiques. Nous espérons que l’ensemble de l’Union européenne prendra des décisions similaires.

Au milieu de ce qui semble être des divisions très enracinées sur la question, le ministre danois des Affaires étrangères, Jeppe Kofod, a déclaré qu’il espérait qu’une position commune de l’UE puisse être trouvée, soulignant le fait que les hommes ukrainiens n’ont pas le luxe de choisir s’ils peuvent quitter leur guerre. pays déchiré.

“Cela doit avoir des conséquences sur tous les fronts”, a déclaré Kofod. “Nous voulons limiter les visas pour les touristes russes, envoyer un signal clair à Poutine, à la Russie, (que) ce qu’il fait en Ukraine est totalement inacceptable.”

Mais les pays européens plus éloignés des frontières de la Russie et de l’Ukraine hésitent à aller trop loin, et il semble probable que les pays de l’UE accepteront simplement d’utiliser l’accord de 2007 pour rendre l’obtention d’un visa plus longue et plus coûteuse pour les citoyens russes.

La ministre belge des Affaires étrangères, Hadja Lahbib, a déclaré qu’il était important d’éviter de créer un système disparate “où les Russes pourraient faire une sorte de magasinage de visas entre les pays de l’Union européenne”.

« Il est très important de cibler les bonnes personnes. C’est-à-dire ceux qui soutiennent cette guerre injuste contre l’Ukraine et aussi ceux qui tentent d’échapper aux sanctions que nous avons imposées », a-t-elle déclaré.

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a accepté.

« Il est important de faire la distinction entre les responsables de la guerre – au premier rang le président russe, ses associés et tous ceux qui soutiennent son effort de guerre – et les citoyens russes ; artistes, étudiants, journalistes. Les premiers sont responsables de la guerre. Les autres, non », a-t-elle dit.