Skip to content

Après de longues négociations au Parlement européen, les responsables européens attendent jeudi la finalisation du règlement "Taxonomie de l'UE pour la finance durable" qui fournira un ensemble commun de normes déterminant le caractère durable d'une activité économique.

Afin de devenir le premier organisme de réglementation supranational à fournir un cadre réglementaire aux banques et aux fonds lors du lancement de produits et d'investissements «verts», l'UE est prête à se mettre d'accord sur un accord créant les «normes Green Gold».

Avec la nouvelle réglementation sur les activités économiques respectueuses de l'environnement, les investisseurs institutionnels et les gestionnaires d'actifs devraient passer par les critères de filtrage techniques afin de justifier la viabilité environnementale, qu'il s'agisse d'un instrument d'emprunt ou d'un fonds.

Pour Ursula Von der Leyen, la durabilité et l’engagement pour la lutte contre le changement climatique ont été au cœur des priorités de la nouvelle Commission. Alors que l'Union européenne s'est engagée à atteindre les objectifs de l'accord de Paris, la nouvelle Commission a défini un plan ambitieux visant à faire de l'Europe le premier continent climatiquement neutre à l'horizon 2050.

La nouvelle présidente de la Commission européenne a exprimé son espoir que le nouveau règlement libérera des investissements privés qui contribueront au processus de transition vers une économie sobre en carbone et économe en ressources.

En dessous de Jean-Claude Juncker«Présidence, la Commission européenne avait publié en 2018 le plan d'action sur le financement de la croissance durable, visant à intégrer les considérations de durabilité dans la politique financière de l'UE, à favoriser la transparence et à mobiliser des capitaux pour une croissance durable.

La nouvelle Commission européenne considère que le financement durable est essentiel à la fois pour garantir l’avenir de la planète et pour faire du secteur financier un élément indispensable de la transition verte.

Jusqu'à présent, il n'existait pas de référence mondiale permettant de réduire les risques de blanchiment, car les fonds et les banques pouvaient vendre et étiqueter des produits de financement durable sans recourir à un mécanisme d'arbitrage indépendant pour vérifier l'exactitude de l'étiquetage.

Vice-président de la Commission européenne «Une économie qui fonctionne pour les citoyens», Valdis Dombrovskis a appelé la taxonomie «la législation la plus importante», indiquant les marchés pouvant aider les gouvernements à atteindre leurs objectifs en matière d'émissions.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *