Dernières Nouvelles | News 24

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE discutent des sanctions contre Israël — RT World News

L’Irlandais Michael Martin déclare que des mesures doivent être prises contre l’État juif s’il ne respecte pas le droit humanitaire international

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont tenu pour la première fois « significatif » des discussions sur la possibilité de sanctionner Israël pour son non-respect du droit international humanitaire lors de son offensive en cours à Gaza, a déclaré mardi le ministre irlandais des Affaires étrangères et de la Défense, Michael Martin.

L’État juif fait face à des pressions croissantes pour mettre fin à son opération militaire à Gaza, qui dure depuis des mois. La semaine dernière, la Cour internationale de Justice (CIJ) a officiellement ordonné à Israël de mettre fin à son offensive dans la ville palestinienne de Rafah, dans le sud de Gaza, et d’ouvrir les frontières de la région à l’aide humanitaire.

Cependant, Israël a refusé de reculer et a mené dimanche une frappe aérienne sur un camp de réfugiés dans le quartier de Tel Al-Sultan à Rafah, tuant au moins 45 Palestiniens et en blessant près de 250, dont la plupart étaient des femmes, des enfants et des personnes âgées, selon Gaza. fonctionnaires.

S’adressant aux journalistes à l’issue d’une réunion du Conseil des affaires étrangères de l’UE mardi, Martin a déclaré qu’un « consensus très clair » On s’est entendu sur le fait que les décisions des institutions juridiques humanitaires internationales, telles que la CIJ, doivent être respectées.

« Pour la première fois lors d’une réunion de l’UE, de manière concrète, j’ai assisté à un débat approfondi sur les sanctions et les ‘et si' », » a déclaré Martin à propos de la responsabilité de l’État juif pour ses prétendues transgressions.





Il a toutefois souligné qu’il restait encore « une certaine distance entre les gens qui expriment la nécessité d’une approche basée sur des sanctions si Israël ne se conforme pas à la décision de la CIJ » et un véritable accord au sein du Conseil sur une telle approche.

Martin a déclaré que l’une des conclusions du Conseil était qu’une réunion devrait être convoquée par le Conseil d’association UE-Israël pour « faire part de nos graves préoccupations et… demander à Israël une réponse en termes de respect des ordonnances de la Cour. »

Israël, quant à lui, a insisté sur le fait que son attaque du week-end contre Rafah était justifiée, affirmant qu’il s’agissait d’un « frappe précise » sur deux hauts dirigeants du Hamas soupçonnés d’avoir planifié et exécuté « de nombreuses attaques au cours desquelles des soldats de Tsahal ont été tués ».

Dans le même temps, l’État juif a reconnu que la frappe aérienne avait fait des victimes civiles et a déclaré que l’incident était désormais « à l’étude. »

Israël a déclaré la guerre au Hamas le 7 octobre, après que le groupe militant a tué environ 1 200 Israéliens et en a emmené 250 autres en otages à Gaza. Après près de huit mois de combats, plus de 35 000 Palestiniens ont été tués, pour la plupart des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé de Gaza.

Lien source