Actualité culturelle | News 24

Les manifestants iraniens peuvent-ils l’emporter contre le régime ?

Sur une place centrale de la ville de Chiraz, dans le sud de l’Iran, Hossein Salami, le commandant des Gardiens de la révolution iraniens, a exprimé sa colère contre les “émeutiers” qui manifestent dans tout le pays depuis plus de six semaines.

“Mettez de côté la méchanceté”, a-t-il beuglé samedi. « Ne descendez plus dans la rue.

Les paroles de Salami, capturées sur vidéo, ont illustré comment le régime iranien perd patience face aux manifestations révolutionnaires en cours en Iran.

La tirade du commandant a signalé qu’une répression plus sévère est imminente.

« Nous allons débarquer à vos portes », prévint-il en agitant le doigt. “Nous allons nous venger.”

Des centaines de milliers de manifestants ont envahi les rues de plus de 80 villes et villages d’Iran depuis la mi-septembre. Ils sont furieux contre les restrictions religieuses du pays, son chef autocratique et les difficultés économiques auxquelles ils sont confrontés.

“Les gens en ont marre et sont devenus vivants”, a déclaré Shirin Ebadi, la seule Iranienne à avoir remporté un prix Nobel, pour sa défense des droits des femmes pendant des décennies.

“Ils ne veulent pas de la tyrannie religieuse de l’Iran”, a-t-elle déclaré à CBC News dans une interview depuis Londres. “Ils veulent un gouvernement démocratique et laïc.”

Les manifestants chantent à l’intérieur de l’école polytechnique de Téhéran dans cette image fixe d’une vidéo publiée lundi et obtenue par Reuters. (via Reuters)

L’étincelle de ces dernières manifestations a été la mort de Mahsa Amini, 22 ans, en détention, après avoir été arrêtée par la soi-disant police des mœurs iranienne. Elle a été accusée de ne pas porter son hijab “correctement”, de ne pas se couvrir les cheveux comme l’exigent les lois islamiques strictes du pays. Les autorités insistent sur le fait qu’elle est décédée à cause d’une maladie cardiaque préexistante et accusent l’Occident d’être à l’origine des troubles.

Au moins 450 morts, 25 000 arrêtés

La mort d’Amini a rempli les rues de fureur, des femmes qui ont jeté avec défi leur propre hijab et coupé leurs cheveux, aux étudiants qui ont marché pour se libérer de la règle religieuse de l’Iran. Le mouvement s’est propagé et comprend désormais une large partie de la société iranienne qui a un objectif révolutionnaire plus large. Ils ont adopté le chant “mort à Khameini”, promettant de renverser le guide suprême l’ayatollah Ali Khameini et l’influence des mollahs.

Les manifestants iraniens peuvent-ils l'emporter contre le régime ?
Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, assiste à une cérémonie de remise des diplômes des universités des officiers des forces armées à l’académie de police de Téhéran le 3 octobre. Les manifestants ont juré de le renverser. (Bureau du guide suprême iranien/Agence de presse de l’Asie de l’Ouest/Reuters)

De plus en plus, les forces de sécurité ont répondu avec des matraques et des balles, tuant plus de 450 personnes et en arrêtant 25 000, selon le groupe d’opposition. Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran. La justice du pays a annoncé qu’elle entamerait des procès publics pour 1 000 manifestants dans les prochains jours, et la mère d’un homme de 22 ans arrêté a tweeté qu’il avait déjà été condamné à mort dans une décision préjudicielle.

Pourtant, les protestations Continuez.

Aucun média occidental n’a été autorisé à entrer en Iran, et le régime travaille dur pour censurer les informations et empêcher les informations de quitter le pays.

Mais un manifestant anonyme a été contacté par BBC News. Il a dit quand vous allez protester, “Vous savez que vous ne reviendrez peut-être jamais.”

“C’est assez stressant et c’est aussi plein d’espoir… parce que vous pouvez voir que votre voix est enfin entendue.”

La répression du régime pourrait se retourner contre lui

En effet, selon les observateurs, la répression pourrait se retourner contre les forces de sécurité et le régime.

« Leurs réactions alimentent de plus en plus les protestations », a déclaré Omid Memarian, journaliste et analyste iranien basé aux États-Unis. Le régime a un “manuel” sur la façon d’arrêter toute manifestation, dit-il, mais cette fois, cela n’a pas fonctionné contre une foule plus déterminée, a-t-il déclaré.

“Le gouvernement iranien ne comprend pas.”

Les manifestants iraniens peuvent-ils l'emporter contre le régime ?
Une photo obtenue par l’AFP hors d’Iran montre des personnes se rassemblant à côté d’une moto en feu dans la capitale Téhéran le 8 octobre. (AFP/Getty Images)

Depuis la révolution islamique de 1979, qui a renversé le Shah et porté au pouvoir un nouveau dictateur religieux, l’Iran a connu plusieurs vagues de protestations. De grandes manifestations se sont multipliées en 1999, 2009 et à nouveau en 2019, toutes violemment réprimées par les forces de sécurité fidèles et idéologiquement liées aux plus hautes autorités.

Mais contrairement aux mouvements précédents, l’actuel semble avoir inspiré un éventail beaucoup plus large d’Iraniens à descendre dans la rue. Les manifestations précédentes exprimaient leur colère face au manque de droits humains, y compris les droits des femmes, la liberté d’expression et l’opposition politique, ainsi que l’oppression religieuse ressentie par la société laïque.

Cette fois, il y a tout cela, aggravé par la frustration d’une économie où l’inflation est plus de 50 pour centavec flambée des prix alimentaires et un fléchissement de la croissance globale. Cela a fait ressortir les pauvres et la classe moyenne, et même déclenché une action syndicale. Des membres de la diaspora iranienne décrivent comment des étudiants ont été rejoints par leurs parents et grands-parents, brandissant des pancartes.

“Quel genre de gouvernement est-ce, qui a lésé trois générations?” demanda Ebadi. “C’est pourquoi je suis extrêmement optimiste quant à l’avenir de ces manifestations. Les gens sont engagés et ils ne veulent qu’une chose : que ce régime disparaisse.”

“Mahsa Amini a été la dernière goutte d’essence qui a été versée sur la colère du peuple”, a-t-elle poursuivi via Zoom. “La situation de l’Iran est comme un feu qui est sous la cendre. N’importe quelle petite rafale de vent peut allumer ce feu.”

“Ce mouvement est un mouvement de libération”

D’autres qui se sont battues pour les droits des femmes en Iran – qui ont été punies pour leur militantisme ou forcées de partir – sont encouragées par le pouvoir durable de ces manifestations sans chef.

“Ce mouvement est un mouvement de libération”, a déclaré Azar Nafisi, qui a écrit le livre Lire Lolita à Téhéran et a organisé des séminaires chez elle au milieu des années 1990 pour discuter du rôle des femmes dans l’Iran post-révolutionnaire avec ses étudiants.

Pour les femmes, dit-elle, “ce n’est pas seulement un combat politique, c’est un combat existentiel”, ravivé par un autre exemple de maltraitance.

Les manifestants iraniens peuvent-ils l'emporter contre le régime ?
Une photo obtenue par l’AFP hors d’Iran montrerait des objets incendiés à Téhéran le 8 octobre. Plus de 450 manifestants sont morts depuis le début des troubles il y a plus de six semaines, selon un groupe d’opposition. (AFP/Getty Images)

Shahrzad Mojab, professeure d’études sur les femmes et le genre à l’Université de Toronto, a passé des années après la révolution à travailler pour améliorer les droits des femmes kurdes-iraniennes, le même groupe auquel appartenait Amini, avant de quitter l’Iran pour le Canada.

Elle dit qu’une grande partie de la pression pour les manifestations actuelles est venue des jeunes, qui sont plus conscients des problèmes des femmes à travers les médias sociaux. Ils ont leur propre et puissante raison de vouloir un changement de régime : le désir d’un avenir meilleur.

“Ce sont les griefs et la frustration des jeunes”, a-t-elle dit, notant qu’ils protestaient pour contrer “la dépression et la colère, pas d’espoir, pas d’avenir, pas de bonheur”.

“La police et l’armée sont-elles prêtes à continuer de tirer sur leur propre peuple?”

Mais malgré toute la détermination des manifestants, les experts disent que les chances de réussite de leur “révolution” dépendent en fin de compte de la cohésion des forces de sécurité iraniennes.

“La question cruciale est la suivante : la police et l’armée sont-elles prêtes à continuer de tirer sur leur propre peuple ?” a déclaré Janice Stein, de la Munk School of Global Affairs de l’Université de Toronto. Ce n’est que si “les véritables instruments d’oppression deviennent convaincus qu’ils perdront et que le régime ne durera pas”, que les protestations pourront réussir, a-t-elle déclaré, quelle que soit l’ampleur des troubles.

Jusqu’à présent, il n’y a pas beaucoup de signes de cette rupture de loyauté.

Des manifestants à Ottawa
Une manifestante se tient debout, les mains liées, la bouche couverte et le visage maquillé, symbolisant la violence subie par les femmes en Iran lors d’une manifestation à Ottawa samedi. Des dizaines de manifestants ont envahi les rues de plusieurs grandes villes canadiennes samedi dans le cadre d’une “chaîne humaine” mondiale organisée par l’Association des familles des victimes du vol PS752 en solidarité avec les manifestants en Iran. (Justin Tang/La Presse Canadienne)

Un groupe clé face aux manifestants est le Basij, des hommes vêtus de noir, vus arriver à moto avec des fusils ou des matraques prêts à l’emploi. Ils sont également connus pour se mêler à la foule en civil et faire rapport à la police.

La force a été créée peu après la révolution de 1979 par l’ayatollah Ruhollah Khomeini comme outil pour islamiser la société iranienne et combattre les ennemis internes. Il se compose de brigades armées, de forces anti-émeutes et d’un vaste réseau d’informateurs qui espionnent leurs voisins.

Dans une large mesure, leur loyauté et celle des Gardiens de la révolution au plus haut niveau sont enracinées dans l’idéologie – l’endoctrinement selon lequel la révolution islamique est une lutte pieuse contre l’injustice, une lutte menacée par les États-Unis, Israël et la culture occidentale en général.

Contre vents et marées

Saeid Golkar a étudié le Basij et les Gardiens de la révolution, écrivant un livre sur les deux. Originaire d’Iran, il enseigne les sciences politiques à l’Université du Tennessee.

“La possibilité d’une révolution réussie est très, très faible, pour être honnête”, Golkar, auteur de Société captive : la milice Basij et le contrôle social dans l’Iran post-révolutionnairea déclaré dans une interview de Chattanooga, Tenn.

Mais il ne l’écarte pas entièrement, car toutes ces forces de sécurité font aussi partie de la société iranienne, leurs familles subissant les mêmes pressions que tout le monde.

Les manifestants iraniens peuvent-ils l'emporter contre le régime ?
Une militante de Beyrouth porte un message sur son masque de protection “Arrêtez de nous tuer” lors d’une manifestation le 2 octobre contre la mort d’Amini. Des dizaines de milliers d’Iraniens vivant à l’étranger ont défilé dans les rues d’Europe, d’Amérique du Nord et d’ailleurs pour soutenir ce que beaucoup considèrent comme un moment décisif pour leur pays d’origine. (Hassan Ammar/Associated Press)

Il partage l’histoire d’une famille qu’il connaît personnellement. Le père est dans la Garde Révolutionnaire ; sa fille est une manifestante qui se dispute quotidiennement avec lui.

“C’est tout simplement incroyable”, a-t-il déclaré. “La société change et toute la société est exigeante, même la famille des Gardiens de la Révolution. Si nous voyons cette fissure dans le mur de l’ordre et de la sécurité, alors vous la verrez s’accélérer très vite.”

La révolution de 1979 a duré plus d’un an. Celui-ci est en cours depuis plus de six semaines et ne montre aucun signe d’arrêt.

Articles similaires