Skip to content
Les manifestants à Jérusalem continuent d’appeler le Premier ministre Netanyahu à démissionner pour corruption

Malgré le froid, des manifestations hebdomadaires se sont poursuivies à Jérusalem samedi pour demander au Premier ministre israélien de démissionner pour corruption.

Les manifestants se sont rassemblés sur une place de la ville près de la résidence officielle de Benyamin Netanyahu.

Depuis sept mois, les manifestants demandent la démission du Premier ministre.

Netanyahu est accusé de fraude, d’abus de confiance et d’acceptation de pots-de-vin dans trois affaires impliquant des associés milliardaires et des magnats des médias.

Il nie les accusations.

Son procès devrait commencer à entendre des preuves le mois prochain, mais les manifestants disent qu’il ne peut pas correctement diriger le pays sous l’inculpation de corruption.

Ils affirment également que Netanyahu et son gouvernement ont raté la réponse au coronavirus.

Le pays a vu son économie durement frappée par les restrictions virales tout au long de l’année et est à nouveau sous un verrouillage partiel à l’échelle nationale au milieu de la flambée des taux d’infection.

En mars, Israël doit tenir ses quatrièmes élections nationales en deux ans.

Les observateurs disent qu’il y aura probablement un autre référendum sur Netanyahu alors qu’il fait face à un défi de la part des transfuges au sein de son parti Likud.

Netanyahu et ses alliés ont utilisé la campagne de vaccination d’Israël, dans laquelle plus d’un dixième de sa population a été vaccinée, pour essayer de minimiser les manifestants et leur cause.

Ils disent que le Premier ministre travaille pour mettre fin à l’épidémie pendant qu’ils organisent des manifestations.