Les libraires parisiens Flay appellent à les supprimer pour les Jeux olympiques

Les libraires parisiens, qui opèrent depuis environ 150 ans dans de petits kiosques vert foncé sur les quais de Seine, sont exaspérés par le projet de les supprimer pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de 2024.

Vendredi, lors d’un test, quatre des stands ont été soulevés par une grue à trois mètres du sol, provoquant la consternation et la colère d’un petit groupe de libraires rassemblés à proximité.

« C’est comme une extraction dentaire ! » Michel Bouetard, secrétaire général de l’Association culturelle des libraires de Paris, a déclaré à l’AFP.

« Tout cela pour une cérémonie de quatre heures ! Les Jeux olympiques ont réalisé ce que les guerres (Première et Seconde Guerres mondiales) n’ont pas pu faire : nous faire disparaître », a-t-il fulminé.

La mairie de Paris prévoit une cérémonie d’ouverture spectaculaire le 26 juillet prochain – la première fois que l’événement se déroulera en plein air – sur un tronçon de la Seine, le long des quartiers les plus touristiques de la ville.

Publicité – Faites défiler pour continuer


La police parisienne a ordonné le retrait de quelque 600 des 900 kiosques avant la cérémonie pour des raisons de sécurité, craignant qu’ils ne soient utilisés pour dissimuler des engins explosifs lors de la grande ouverture avec un défilé de près de 11 000 athlètes le long du fleuve.

Les libraires utilisent les boîtes vertes pour abriter quelque 300 000 livres anciens et un grand nombre de revues, timbres et cartes à collectionner.

Ils font partie du paysage parisien et constituent une immense attraction touristique.

Publicité – Faites défiler pour continuer


« Tout cela est exagéré, on n’est pas sûr qu’ils reviendront », a déclaré Jérôme Callais, le président de l’association des libraires.

C’est le seul moyen de subsistance d’un grand nombre des quelque 230 libraires dont les étals bordent les célèbres rives gauche et droite de la ville.

« Que feront-ils s’ils ne peuvent pas travailler pendant plusieurs semaines ? » dit Callais.

Publicité – Faites défiler pour continuer


Certains élus les ont soutenus.

« Nous sommes contre, tout cela a été décidé pour faire de la place à la publicité le long des berges », a déclaré Corine Faugeron, présidente du groupe des Verts à la Mairie de Paris.

D’autres ont appelé le président Emmanuel Macron à mettre un terme à cette initiative.

Publicité – Faites défiler pour continuer


Francis Robert, libraire depuis 43 ans, a déclaré avoir rencontré Macron en octobre, lors de son passage au bord du fleuve.

« Il nous a dit ‘je suis conscient, je vous défendrai, vous faites partie de Paris' », a déclaré Robert.

« Mais il est au dessus du préfet de Paris, il peut juste leur dire de nous laisser rester. »

Publicité – Faites défiler pour continuer


Un autre libraire ajoute : « Pourquoi faut-il les supprimer alors que les barrières de sécurité seront placées à un mètre et demi des quais ? »

Le test de vendredi s’est terminé peu après minuit, les quatre boîtes ayant été replantées là où elles se trouvaient depuis des décennies.

« C’est un moment historique », a déclaré un libraire aux larmes aux yeux.

leb/ach/giv