Dernières Nouvelles | News 24

Les législateurs suisses cherchent à stimuler les exportations d’armes — RT World News

Les expéditions d’armes vers l’Ukraine resteraient néanmoins interdites, selon la proposition du cabinet

La Suisse cherche à contourner ses lois rigides de neutralité et ses restrictions à l’exportation afin de stimuler les ventes d’armes, qui jouent un rôle vital dans l’économie du pays, selon un communiqué du Conseil fédéral suisse mercredi.

Le corps législatif a officiellement ouvert des consultations sur la question après que les exportations d’armes de Berne aient connu une baisse significative l’année dernière, de 27% malgré l’essor mondial des dépenses de défense. Environ les trois quarts des armes suisses exportées sont destinées à l’Europe. Cependant, les lois du pays interdisent toute vente d’armes aux pays en guerre et n’autorisent pas non plus des tiers à transférer des armes fabriquées en Suisse vers ces pays.

Le projet de loi proposé, initialement présenté l’été dernier par la Commission de politique de sécurité, modifierait la loi dite sur le matériel de guerre pour permettre au gouvernement suisse de passer outre les restrictions sur l’exportation d’armes vers des États en guerre dans le pays. « circonstances exceptionnelles. »

«L’objectif est de permettre la protection des intérêts fondamentaux de la politique étrangère et de sécurité en cas de circonstances extraordinaires et ainsi de maintenir une capacité industrielle nationale adaptée aux besoins de la défense nationale suisse.» indique le communiqué du Conseil de la Fédération.

Il convient toutefois de noter que si l’amendement est adopté, le gouvernement restera lié par les lois suisses sur la neutralité, ainsi que par les principes de politique étrangère et les obligations internationales.

« Le pouvoir dérogatoire ne peut donc pas être appliqué aux exportations de matériel de guerre qui contredisent le droit de la neutralité dans le contexte d’un conflit armé international, ni aux exportations vers des pays qui violent gravement et systématiquement les droits de l’homme. » » indique le communiqué, suggérant que Berne resterait interdite de toute expédition d’armes vers l’Ukraine.

Néanmoins, l’ambassadeur de Russie en Suisse, Sergueï Germonin, a déjà averti que si des armes suisses finissaient par être livrées à l’Ukraine, cela pourrait avoir des conséquences économiques pour Berne, qui pourrait également perdre son statut géo-économique.





La représentante permanente de la Suisse auprès de l’ONU, Pascale Christine Baeriswyl, a estimé que ces inquiétudes étaient infondées et a souligné que l’exportation ou la réexportation d’armes suisses resterait impossible.

Tout au long du conflit en Ukraine, la Suisse a revendiqué sa neutralité sur la question, mais a en même temps condamné à plusieurs reprises l’opération militaire russe et soutenu les sanctions occidentales contre Moscou. Le pays détient également environ 14,3 milliards de dollars d’actifs russes gelés.

La Suisse devrait également accueillir le mois prochain une conférence de paix internationale consacrée au plan de paix proposé par le président ukrainien Vladimir Zelensky pour résoudre le conflit. Cependant, aucun représentant de Moscou n’a été invité à assister à l’événement.

Le mois dernier, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a affirmé que la Suisse n’était plus une partie neutre et qu’elle avait « passé de neutre à ouvertement hostile. »

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source