BERLIN (AP) – Les législateurs allemands ont voté vendredi pour mettre fin à l’interdiction du pays de faire de la publicité pour les avortements, qui a par le passé conduit à des poursuites contre des médecins pour avoir fourni des informations sur la procédure à des patientes potentielles.

Les partis gouvernementaux et le parti de gauche ont voté en faveur de la levée de la restriction, tandis que les chrétiens-démocrates de centre droit et l’Alternative pour l’Allemagne d’extrême droite ont voté contre.

Le Parlement a également voté l’annulation des condamnations des médecins depuis le 3 octobre 1990, date à laquelle les lois sur l’avortement de l’Allemagne de l’Ouest ont été appliquées à l’ensemble du pays lors de la réunification. En vertu du code pénal allemand, les médecins risquaient une amende ou une peine de prison pouvant aller jusqu’à deux ans s’ils étaient reconnus coupables d’avoir fait de la publicité pour des avortements.

Dans le cadre d’un accord de compromis en 2019, le gouvernement de l’ancienne chancelière Angela Merkel a officiellement maintenu l’interdiction, mais a autorisé pour la première fois les médecins et les hôpitaux à dire sur leurs sites Web qu’ils pratiquent des avortements. Ils n’ont cependant pas été autorisés à donner des informations plus détaillées.

La ministre de la Famille, Lisa Paus, a salué la décision parlementaire et a déclaré qu’il était maintenant temps de discuter de la fin de la criminalisation de l’avortement.

En général, les avortements sont un crime en Allemagne, mais ils ne sont pas punis s’ils sont pratiqués dans les 12 premières semaines de grossesse. Les femmes souhaitant avorter doivent bénéficier de conseils trois jours avant l’intervention.

Les avortements pour des raisons de santé ou parce que la grossesse résulte d’un viol sont légaux.

The Associated Press

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
S'il y a une plainte concernant une actualité ou si vous souhaitez la supprimer ou la corriger, n'hésitez pas à nous contacter