Actualité culturelle | News 24

Les investissements dans le logement des Inuits ne suffisent pas à lutter contre les violations des droits de la personne, selon un organisme de surveillance

D’une famille vivant pendant sept ans dans une maison condamnée qui était censée être temporaire à des personnes handicapées devant être transportées dans et hors de leurs salles de bains, la défenseure du logement du Canada, Marie-Josée Houle, a déclaré qu’une visite cet automne de plusieurs communautés inuites lui avait donné un aperçu des conditions de vie désastreuses auxquelles beaucoup sont confrontés depuis des années.

« Les niveaux actuels d’investissements fédéraux ne sont pas suffisants pour remédier aux violations des droits de la personne causées par la pénurie de logements », a déclaré Houle, un organisme de surveillance indépendant et non partisan qui aide à promouvoir et à protéger le droit au logement.

Houle, qui a été nommé à ce poste plus tôt cette année, s’est rendu en octobre au Nunavut et au Nunatsiavut, une région inuite de Terre-Neuve-et-Labrador.

“Le but est d’en savoir plus sur les problèmes systémiques dans le Nord qui nécessitent une attention sérieuse et d’écouter les personnes ayant une expérience vécue de la précarité du logement et de l’itinérance”, a-t-elle déclaré à propos de son voyage.

“Cette concentration sur le Nord est aussi due au fait que les gens n’y vont pas ou qu’ils n’ont pas la possibilité d’y aller.”

L’un des principaux points à retenir, a déclaré Houle, était la pénurie de logements. Les logements disponibles ne sont pas en bon état, présentent des problèmes comme la moisissure ou ne conviennent pas aux personnes âgées, aux personnes handicapées ou aux enfants.

“La négligence et le sous-financement du gouvernement pour le logement des Inuits ont fait des ravages au fil des ans”, a-t-elle déclaré.

“Les résidents rapportent un manque de confiance dans les institutions publiques responsables du logement parce que les listes d’attente durent des décennies et
ils ont même renoncé à postuler pour les programmes de logement.”

Logement à Pond Inlet, Nunavut, en octobre 2022. (David Gunn/CBC)

Houle a déclaré que les logements inadéquats dans le Nord ont entraîné un surpeuplement, des contacts accrus avec le système judiciaire, des problèmes de santé mentale exacerbés et des tensions entre les familles. Cela signifie également que de nombreuses personnes sont forcées de quitter leur communauté, ce qui peut entraîner l’isolement, le racisme et la violence.

“Si ce n’est pas par choix, cela peut être une expérience traumatisante pour les gens”, a-t-elle déclaré. “Il y a beaucoup d’histoires poignantes.”

Le recensement de 2021 a révélé que près d’un tiers des quelque 49 000 Inuits qui vivent dans l’Inuit Nunangat – la patrie inuite du Canada comprenant des communautés du Nunavut, des Territoires du Nord-Ouest, de Terre-Neuve-et-Labrador et du nord du Québec – vivaient dans des logements nécessitant des réparations majeures. Plus de la moitié vivaient dans des maisons surpeuplées.

Ce n’est pas la première fois que des conditions de logement catastrophiques sont documentées dans le Nord.

Le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones a publié un rapport en 2017 détaillant la gravité de la crise du logement dans l’Inuit Nunangat. L’ancien député du NPD du Nunavut, Mumilaaq Qaqqaq, a documenté des conditions de logement « inhumaines » dans plusieurs communautés en mars 2021.

Le gouvernement fédéral a déclaré avoir fait plusieurs investissements dans le logement dans l’Inuit Nunangat au fil des ans. Cela comprend 256,7 millions de dollars sur deux ans dans le budget 2016, 400 millions de dollars sur 10 ans dans le budget 2018 et 845 millions de dollars sur sept ans dans le budget 2022.

Mais Houle a déclaré qu’il y avait un besoin de plus de soutien fédéral, provincial et territorial, comme un financement et un entretien à long terme. Elle a déclaré qu’il devrait respecter l’autodétermination des Inuits et relever les défis uniques du Nord, tels que le climat, la courte saison de construction, le manque d’infrastructures de transport et les coûts élevés.

Les investissements dans le logement des Inuits ne suffisent pas à lutter contre les violations des droits de la personne, selon un organisme de surveillance
Lorne Kusugak est le ministre responsable de la Société d’habitation du Nunavut. (Matisse Harvey/Radio Canada)

Dans sa présentation prébudgétaire de 2022, l’Inuit Tapiriit Kanatami a déclaré qu’il faudrait plus de 3 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie pour construire de nouveaux logements, ainsi que pour entretenir et réparer les maisons existantes dans l’Inuit Nunangat.

Le premier ministre du Nunavut, PJ Akeeagok, et des représentants de Nunavut Tunngavik Incorporated ont rencontré le premier ministre Justin Trudeau en octobre pour demander 500 millions de dollars dans le prochain budget afin de combler le déficit de logement du territoire.

Le gouvernement du Nunavut a récemment annoncé un nouveau plan visant à construire 3 000 logements supplémentaires d’ici 2030, triplant ainsi le taux annuel de nouveaux logements sociaux actuellement en construction. Parmi ceux-ci, 300 seront des logements de transition, 1 400 logements sociaux, 900 logements abordables et 400 logements du marché.

« C’est ambitieux, mais je pense que si nous nous en tenons au plan et que les choses fonctionnent, c’est tout à fait réalisable », a déclaré Lorne Kusugak, ministre responsable de la Société d’habitation du Nunavut.

Kusugak a déclaré que le territoire ne peut pas continuer à construire des maisons comme par le passé, où les offres ont atteint environ 1 000 $ le pied carré. Il a déclaré qu’au lieu d’émettre des demandes annuelles de logements, le territoire s’associe au secteur privé pour construire des maisons sur une plus longue période à moindre coût.

“Nous savons que cela ne va pas être facile et il y aura beaucoup de critiques tout au long du processus, mais nous devons faire quelque chose”, a-t-il déclaré. “Si nous réalisons quelques maisons de plus chaque année en faisant cela … alors nous allons dans la bonne direction.

“Ça va être une lutte, ça va être un combat. Nous sommes prêts pour ce combat.”


Cet article a été produit avec l’aide financière de la Meta-Canadian Press News Fellowship, qui n’est pas impliquée dans le processus éditorial.

Articles similaires