Skip to content

Les résidents prennent des photos et explorent les dommages catastrophiques au centre-ville de Sanford à la suite d’inondations extrêmes dans le centre du Michigan le 20 mai 2020 à Sanford, Michigan.

Matthew Hatcher | Getty Images

Jusqu’à 20% du produit intérieur brut mondial pourrait être menacé par les inondations côtières d’ici la fin du siècle si aucune mesure n’est prise, selon un nouveau rapport publié jeudi dans Springer Nature.

La recherche, menée par des scientifiques de l’Université de Melbourne, a révélé que d’ici 2100, 287 millions de personnes supplémentaires, soit 4,1% de la population mondiale, pourraient être menacées d’inondations côtières. Sur la base des zones touchées, cela se traduit par 14,2 billions de dollars dans le monde, soit environ un cinquième du PIB mondial.

Selon l’étude, les zones du nord-ouest de l’Europe ainsi que de l’Asie du Sud-Est et de l’Est sont les plus à risque, les zones du nord-est des États-Unis et du nord de l’Australie étant également susceptibles d’être touchées.

Pour arriver à leur conclusion, les chercheurs ont analysé le niveau de la mer lors d’événements météorologiques extrêmes, puis ont comparé ces résultats avec des projections d’élévation du niveau de la mer. Ils ont ensuite examiné les données topographiques pour déterminer les zones les plus à risque et analysé les niveaux de population de ces régions et leur contribution au PIB mondial.

« L’élévation du niveau de la mer projetée augmentera considérablement la fréquence des inondations côtières d’ici 2100, les résultats montrent que dans la plupart des pays du monde, les inondations associées à un événement actuel sur 100 ans pourraient se produire aussi souvent qu’une fois tous les 10 ans, principalement à la suite de l’élévation du niveau de la mer », indique le rapport.

Les scientifiques, dirigés par Ebru Kirezci, ont constaté que si aucun changement n’est apporté, 48% de plus de la superficie terrestre mondiale sera exposée aux inondations côtières, ce qui se traduit par une augmentation de 52% de la population exposée. Sur la zone côtière à risque d’inondations, 68% proviendront des marées et des tempêtes, et 32% de l’élévation prévue du niveau de la mer.

« Étant donné qu’environ 600 millions de personnes vivent dans des zones côtières de basse altitude … les impacts environnementaux et socio-économiques associés aux inondations côtières épisodiques peuvent être massifs », indique le rapport.

Le total des actifs exposés aux inondations côtières devrait passer de 9% à 13% du PIB mondial aujourd’hui, à entre 12% et 20% d’ici 2100.

Les chercheurs n’ont pas tardé à noter, cependant, que ces résultats supposent qu’aucune mesure n’est prise, ce qui signifie que leurs projections pourraient être surestimées. Le rapport n’a pas non plus tenu compte de l’évolution des niveaux de PIB ou des projections démographiques futures.

«Dans de nombreux endroits, les défenses côtières sont couramment déployées et d’ici 2100, on s’attend à ce que l’adaptation et en particulier la protection dure soient généralisées, par conséquent ces estimations doivent être considérées comme des illustrations de l’échelle d’adaptation nécessaire pour compenser les risques», ont écrit les chercheurs. .

Bien sûr, ces mesures ne finissent pas toujours par fonctionner, comme lorsque la Nouvelle-Orléans a été dévastée par l’ouragan Katrina en 2005.

S’abonner à CNBC PRO pour des informations et des analyses exclusives et une programmation en direct le jour ouvrable du monde entier.