Les inondations au Pakistan sont une catastrophe climatique aux racines politiques

Les crues soudaines du week-end ont laissé un tiers du Pakistan submergé par des semaines de fortes pluies, aggravant une série déjà difficile de crises politiques et économiques dans le pays.

Les inondations catastrophiques ont touché 33 millions de personnes, soit environ 15% de la population, selon l’Autorité nationale de gestion des catastrophes du Pakistan. Plus de 1 130 personnes ont été tuées depuis le début de la saison de la mousson de juin et au moins 75 sont mortes au cours de la dernière journée. Il y a eu 10 milliards de dollars de dommages et environ 1 million de maisons détruites.

“Il y a eu une super inondation en 2010, mais c’est la pire de l’histoire du Pakistan”, m’a dit Shabnam Baloch, directeur national pour le Pakistan à l’International Rescue Committee. « Le type de catastrophe auquel nous assistons en ce moment est tout simplement indescriptible. Je n’ai même pas les bons mots pour le dire de manière à ce que les gens puissent le visualiser.

Une famille déplacée patauge avec ses affaires dans une zone inondée du district de Jaffarabad, dans la province pakistanaise du Balouchistan, le 24 août.
Zahid Hussain/AP

Les inondations au Pakistan sont une catastrophe climatique aux racines politiques

Les familles déplacées reçoivent des rations alimentaires et se réfugient dans des tentes en bordure de route après avoir fui leurs maisons touchées par les inondations à Charsadda, au Pakistan, le 29 août.
Mohamed Sajjad/AP

Les inondations au Pakistan sont une catastrophe climatique aux racines politiques

Les gens se frayent un chemin dans les rues inondées après de fortes pluies de mousson à Karachi, dans la province du Sind, le 25 juillet.
Asif Hassan/AFP via Getty Images

Le sud du pays a été le plus touché, notamment les provinces du Sind et du Balouchistan. Bien qu’un certain degré d’inondation soit courant au Pakistan pendant la saison de la mousson, l’intensité des précipitations ce mois-ci était de 780 % supérieure à la moyenne, selon la ministre du Changement climatique Sherry Rehman.

“Plus de 100 ponts et quelque 3 000 km de routes ont été endommagés ou détruits, près de 800 000 animaux de ferme ont péri et deux millions d’acres de cultures et de vergers ont été touchés”, a noté le Programme alimentaire mondial des Nations unies. L’ampleur des inondations a entravé l’accès des groupes d’urgence cherchant à apporter de l’aide aux plus nécessiteux.

Cette calamité seule aurait été désastreuse. Mais cette année, le Pakistan a également connu des difficultés économiques et une vague de chaleur mortelle qui, comme l’a rapporté Umair Irfan de Vox, a mis à rude épreuve les infrastructures publiques et les services sociaux. Toutes ces crises ont été exacerbées par la situation politique du pays, le gouvernement ciblant le récent Premier ministre déchu, Imran Khan, et par la situation économique mondiale.

« Le Pakistan a fait face à une série de crises cette année : économique, politique, maintenant, une catastrophe naturelle », m’a dit Madiha Afzal, chercheuse en politique étrangère à la Brookings Institution. « En dessous de tout cela, il y a la crise politique. »

Les crises politiques du Pakistan, trop brièvement expliquées

Au début de cette année, une crise politique a secoué le Pakistan. Bien que la crise immédiate ait été résolue, les tensions sous-jacentes demeurent et, au contraire, sont devenues encore plus polarisées, créant un conflit politique qui pourrait affecter la manière dont le pays fait face à ces inondations.

En avril, Imran Khan, star du cricket devenu Premier ministre pseudo-populiste, a déclenché une crise constitutionnelle lorsqu’il a tenté d’éviter un vote de censure en dissolvant le parlement pakistanais. Finalement, la Cour suprême du pays a jugé qu’il avait agi de manière inconstitutionnelle, le vote de défiance tumultueux s’est déroulé et il a perdu le poste de Premier ministre.

Les inondations au Pakistan sont une catastrophe climatique aux racines politiques

L’ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan arrive pour comparaître devant un tribunal antiterroriste à Islamabad le 25 août. Khan a été libéré sous caution, le laissant libre de poursuivre ses rassemblements nationaux appelant à des élections anticipées.
Aamir Qureshi/AFP via Getty Images

Depuis lors, le chef de l’opposition Shehbaz Sharif est devenu Premier ministre et préside un pays durement touché par le malaise économique – dette croissante, pénurie de devises étrangères et inflation record – aggravée par les effets d’entraînement de grande envergure sur l’énergie et l’insécurité alimentaire présenté par la guerre Ukraine-Russie.

Pendant tout ce temps, l’ancien Premier ministre a continué à organiser des rassemblements politiques qui renforcent son pouvoir de rue. À son tour, le gouvernement a lancé une répression contre Khan. Plus récemment, la police a porté des accusations de terrorisme contre lui suite à un discours qu’il a prononcé plus tôt ce mois-ci. Les prochaines élections générales auront lieu en 2023, mais Khan a appelé à des élections anticipées. Pris dans son ensemble, il menace d’envoyer le Pakistan dans une phase politique encore plus dangereuse.

C’est une situation grave, mais aussi une situation qui a exacerbé et obscurci la crise des inondations provoquée par le changement climatique.

Plus tôt ce mois-ci, par exemple, les chaînes de télévision pakistanaises ont passé des heures à couvrir l’histoire d’un assistant de Khan qui avait été arrêté pour trahison et alléguait qu’il avait été torturé en détention. “Alors que le Baloutchistan était inondé – des scènes et des vidéos arrivaient du Baloutchistan – le gouvernement était essentiellement entièrement préoccupé par la politique, et Khan était entièrement préoccupé par la politique”, m’a dit Afzal.

Les inondations au Pakistan sont une catastrophe climatique aux racines politiques

Un homme marche sur sa maison en terre effondrée après que de fortes pluies de mousson ont inondé Jaffarabad, dans la province du Balouchistan, le 28 août.
Fida Hussain/AFP via Getty Images

Sharif était également impliqué dans la politique. “Le blâme à bien des égards incombe à l’État pour ne pas avoir pris en charge, par exemple, son Autorité nationale de gestion des catastrophes, ne pas passer à l’action tout de suite”, m’a dit Afzal. Il n’y a pas eu de points de presse quotidiens, dit-elle, et très peu de prise de conscience de l’ampleur des inondations – jusqu’à la semaine dernière.

Afzal craint que les tensions politiques entre le gouvernement fédéral et les zones touchées par les inondations n’aient a entravé la réponse du gouvernement. La province septentrionale de Khyber Pakhtunkhwa, par exemple, est dirigée par le parti de Khan, et le Premier ministre Sharif ne s’y est rendu que lundi.

Pour l’historien et militant pakistano-britannique Tariq Ali, la question est de savoir pourquoi le gouvernement n’a pas fait plus pour anticiper les crises sociales qui résultent des calamités météorologiques. “Pourquoi le Pakistan, les gouvernements successifs, militaires et civils, n’ont-ils pas été en mesure de construire une infrastructure sociale, un filet de sécurité pour les gens ordinaires?” a-t-il déclaré à Democracy Now. « C’est bien pour les riches et les aisés. Ils peuvent s’échapper. Ils peuvent quitter le pays. Ils peuvent aller à l’hôpital. Ils ont assez de nourriture. Mais pour la majeure partie du pays, ce n’est pas le cas.

Pas seulement une catastrophe naturelle

Il est probable que le changement climatique ait contribué à l’ampleur de la catastrophe au Pakistan. Mais Ayesha Siddiqi, géographe à l’Université de Cambridge qui a étudié la réponse du Pakistan aux inondations de 2010, m’a dit que “toutes les catastrophes sont en grande partie construites, elles sont construites par la société et elles sont construites par les gens”.

Elle expliqué que les inégalités structurelles, la mauvaise élaboration des politiques et l’accent mis sur les projets d’infrastructure à grande échelle ont fait qu’une grande partie du Pakistan n’est malheureusement pas préparée aux inondations.

Les inondations au Pakistan sont une catastrophe climatique aux racines politiques

Des enfants rentrent de l’école en bateau dans une zone inondée du district de Dera Ghazi Khan, dans la province pakistanaise du Pendjab, le 29 août.
Shahid Saeed Mirza/AFP via Getty Images

Les inondations au Pakistan sont une catastrophe climatique aux racines politiques

Une famille cherche des objets qu’elle peut récupérer dans sa maison inondée, à Sohbat Pur, dans la province du Balouchistan, le 28 août.
Zahid Hussain/AP

Le Pakistan “a en quelque sorte projeté cette idée célèbre selon laquelle” nous devons construire de grands barrages, et nous devons construire de grands projets de drainage, et nous devons montrer notre puissance militaire à travers ces grands projets pour contrôler l’eau “”, m’a dit Siddiqi. Mais chaque fois qu’il y a des précipitations extrêmes, l’eau doit couler quelque part. “Alors il y a ces poches d’eau qui s’accumulent dans ces réservoirs et barrages d’infrastructure, etc., qui doivent être libérées. Et il y a toute une série de problèmes écologiques qui ont surgi.

Le Pakistan peut apprendre de cette histoire – et des dernières inondations catastrophiques qu’il a connues il y a dix ans.

La principale leçon que le gouvernement pakistanais a tirée des inondations de 2010 était de savoir comment obtenir des transferts monétaires directs aux personnes touchées. “Les gens veulent toujours de l’argent après une catastrophe – ils préfèrent de loin l’argent, disons, par rapport aux biens de secours et à des choses comme ça”, m’a dit Siddiqi. “L’État a appris à tendre la main aux gens, mais ce que l’État a été beaucoup moins habile à gérer, ce sont les problèmes à plus long terme de, comment réhabiliter les gens dans les cinq prochaines années, 10 ans, afin qu’ils ne sont-ils pas à nouveau vulnérables ? »

Les inondations au Pakistan sont une catastrophe climatique aux racines politiques

Des femmes déplacées de leurs maisons par les inondations montrent leur carte d’identité nationale pour recevoir 25 000 roupies d’aide gouvernementale en espèces à Sukkur, au Pakistan, le 29 août.
Asif Hassan/AFP via Getty Images

Pour un pays embourbé dans des troubles politiques et des revers économiques, coordonner cette réponse dans l’immédiat et à plus long terme sera sans aucun doute un défi.

Bien que l’aide internationale ne résolve pas à elle seule ces inégalités plus profondes dans le pays, les groupes d’aide appellent à une réponse internationale vigoureuse. “Le Pakistan contribue à moins de 1% des émissions mondiales de gaz à effet de serre”, a déclaré Farah Naureen, directrice nationale de Mercy Corps pour le Pakistan, dans un communiqué. “Cette catastrophe humanitaire est un autre exemple de la façon dont les pays qui contribuent le moins au réchauffement climatique sont ceux qui souffrent le plus.”