Dernières Nouvelles | News 24

Les habitants de la Cisjordanie se recroquevillent déjà devant le plan israélien visant à punir les tentatives d’établir un État

Des adolescents palestiniens sautaient sur des trampolines et des cerceaux à l’intérieur d’une tente imposante à la périphérie de Ramallah, le centre financier de Cisjordanie.

Mais les étudiants du cirque n’étaient pas les seuls à se mettre en quatre dans le pavillon : le directeur de l’école a dû faire face à des difficultés financières pour acheter la tente en Europe et les trampolines en Asie.

« Nous souffrons des paiements internationaux », a déclaré Mohamad Rabah, directeur de l’école de cirque palestinienne, décrivant un processus bureaucratique qui pourrait retarder la livraison du matériel jusqu’à un mois.

L’activité bancaire dans les territoires palestiniens est un défi, l’Autorité palestinienne (AP) étant surveillée de près pour un éventuel financement du terrorisme, ce qui entrave les transactions.

Israël contrôle la Cisjordanie depuis 1967, avec des liens économiques solides permettant à deux prêteurs israéliens de servir de banques correspondantes dans le territoire palestinien.

Mais cela pourrait changer si le ministre des Finances d’extrême droite Bezalel Smotrich mettait à exécution ses menaces de couper une voie bancaire vitale le mois prochain.

Depuis l’attaque dévastatrice du groupe terroriste palestinien Hamas contre Israël le 7 octobre, qui a déclenché la guerre en cours dans la bande de Gaza, Israël a imposé des restrictions économiques à l’AP, retenant les recettes fiscales qu’elle collecte en son nom.

Smotrich a déclaré la semaine dernière qu’il avait redirigé 35 millions de dollars de recettes fiscales de l’Autorité palestinienne vers les familles des victimes du terrorisme, une décision condamnée par les États-Unis.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le ministre des Finances Bezalel Smotrich assistent à un vote sur le budget de l’État à la Knesset, à Jérusalem, le 13 mars 2024. (Yonatan Sindel/Flash90)

Après que trois pays européens ont reconnu l’État palestinien en mai, Smotrich a déclaré au Premier ministre Benjamin Netanyahu qu’il n’accorderait pas d’indemnisation aux banques qui transfèrent les fonds à partir de fin juin.

Les banques israéliennes Hapoalim et Israel Discount Bank ont ​​besoin d’une protection, qui expire le 1er juillet, pour éviter des sanctions pour avoir traité avec des prêteurs palestiniens.

Si la dérogation est annulée, les entreprises israéliennes ne pourront plus recevoir d’argent des banques palestiniennes ni déposer de chèques palestiniens, ce qui aura un impact sur les relations commerciales.

Contactés par l’AFP, la Banque d’Israël et le ministère des Finances ont refusé de commenter.

« Crise humanitaire »

Le canal bancaire utilisé pour payer les importations de Cisjordanie – y compris les biens essentiels comme l’eau, le carburant et la nourriture – gère 8 milliards de dollars par an.

Les entreprises palestiniennes reçoivent près de 1,7 milliard de dollars par an pour leurs exportations, selon l’Autorité monétaire palestinienne.

« Pour nous, parce que notre économie dépend de l’économie israélienne parce qu’Israël contrôle la frontière, l’impact sera élevé », a déclaré le gouverneur de la PMA, Feras Milhem.

Des Palestiniens envahissent le marché principal de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 juin 2024. (Jaafar ASHTIYEH / AFP)

L’économie palestinienne est largement régie par le Protocole de Paris de 1994, qui accorde à Israël le contrôle exclusif des frontières des territoires, y compris le droit de percevoir des droits d’importation et une taxe sur la valeur ajoutée pour l’Autorité palestinienne.

Les moyens de subsistance des Palestiniens ont également été affectés par l’interdiction faite aux travailleurs de se rendre en Israël à la suite de l’attaque du Hamas, qui a tué quelque 1 200 personnes dans le sud d’Israël, et par une forte baisse du tourisme dans le territoire, y compris une période de Noël calme à Bethléem.

Les États-Unis ont exhorté Israël à améliorer les conditions, avertissant que la coupure de la route bancaire aurait un impact désastreux sur l’économie de Cisjordanie.

« Je pense que cela créerait une crise humanitaire à terme si les banques palestiniennes étaient coupées de la correspondance israélienne », a déclaré le mois dernier la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen.

Les gouvernements occidentaux craignent que la politique économique d’Israël ne déstabilise la Cisjordanie.

« Le système bancaire pourrait s’effondrer et donc l’Autorité palestinienne pourrait également s’effondrer », a déclaré à l’AFP une source diplomatique européenne à Jérusalem sous couvert d’anonymat. « L’Autorité palestinienne traverse une crise financière et pourrait s’effondrer avant août. »

Un vendeur palestinien décharge son stock devant un magasin du marché principal de la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 9 juin 2024. (JAAFAR ASHTIYEH / AFP)

Monnaie numérique

Les hommes d’affaires palestiniens affirment que leurs résultats financiers ont été touchés depuis le 7 octobre.

Imad Rabah, propriétaire d’une entreprise de plastique, a déclaré que son revenu net avait chuté de 50 pour cent en un an.

Le producteur d’Arak, Nakhleh Jubran, a déclaré que son commerce d’alcool avait chuté de 30 % au cours de la même période.

« Nous avons une guerre traditionnelle à Gaza et une guerre économique en Cisjordanie », a déclaré Jubran.

Musa Shamieh, propriétaire d’une entreprise de vêtements pour femmes, a déclaré que la politique israélienne visait à pousser les Palestiniens à quitter la Cisjordanie.

Une rue de Jénine, en Cisjordanie, le 6 juin 2024. (Nasser Ishtayeh/Flash90)

« Ils veulent que nous quittions nos terres et ils savent qu’il sera difficile pour nous de rester si nous ne pouvons pas faire des affaires », a déclaré Shamieh.

Les politiques économiques punitives d’Israël pourraient éventuellement conduire les décideurs politiques palestiniens à poursuivre des changements radicaux dans le système monétaire.

« Nous devons travailler sur un plan B en ce qui concerne les relations commerciales », a déclaré Milhem, gouverneur de la PMA, qui utilise comme logo l’image de la livre palestinienne, la monnaie utilisée pendant la domination coloniale britannique.

Yousef Daoud, professeur à l’Université de Birzeit en Cisjordanie, a déclaré que le territoire pourrait abandonner le shekel comme monnaie de facto au profit d’une alternative numérique.

« Nous pouvons créer notre monnaie électronique, il suffit de collecter tous les shekels, d’émettre un montant équivalent de livres palestiniennes, à un taux de change fixe, et de faire en sorte que les Palestiniens s’occupent de la monnaie électronique », a-t-il déclaré. « D’une manière ou d’une autre, nous finirons par nous débarrasser du shekel. »


Source link