Skip to content
Les frappes aériennes du Yémen tuent 31 civils après le crash d'un avion à réaction saoudien

Un véhicule détruit est vu après une frappe aérienne dans la province d'Al-Jawf, au Yémen, le 15 février 2020 dans cette image fixe extraite d'une vidéo. Houthi Media Center / via REUTERS

DUBAI (Reuters) – Le mouvement houthi aligné sur l'Iran au Yémen a accusé la coalition dirigée par l'Arabie saoudite de mener des frappes aériennes de représailles samedi qui ont tué au moins 30 personnes, y compris des civils, dans la dernière flambée d'une guerre de cinq ans.

Le bureau des Nations Unies au Yémen a indiqué que des rapports préliminaires sur le terrain indiquaient que «pas moins de 31 civils ont été tués et 12 autres blessés dans des frappes qui ont frappé la région d'Al-Hayjah» dans la province d'Al-Jawf.

Le ministère de la Santé dans la province d'Al-Jawf, contrôlée par les Houthis, a déclaré que des femmes et des enfants figuraient parmi les personnes tuées, a rapporté la chaîne de télévision Al-Masirah dirigée par les Houthis. Il faisait suite à une affirmation des Houthis d'avoir abattu vendredi un avion de combat de la coalition Tornado dans la région.

Mais le porte-parole de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, le colonel Turki al-Malki, a seulement déclaré qu'un avion Tornado s'était écrasé à Al-Jawf, a rapporté samedi l'agence de presse officielle saoudienne (SPA). Maliki a déclaré plus tard que des opérations de sauvetage avaient été lancées et que la possibilité de «dommages collatéraux» avait été signalée, sans fournir plus de détails.

Maliki a déclaré que l'équipage de deux officiers avait été éjecté de l'avion avant qu'il ne s'écrase, mais que les Houthis ont ouvert le feu sur eux.

Le bureau du coordonnateur résident des Nations Unies au Yémen a déclaré dans un communiqué que les partenaires humanitaires avaient déployé des équipes d'intervention rapide pour les victimes, dont beaucoup étaient transférées dans des hôpitaux du gouvernorat d'Al-Jawf et de Sanaa pour y être soignées.

La coalition musulmane sunnite dirigée par l'Arabie saoudite est intervenue au Yémen en mars 2015 après que les Houthis ont chassé le gouvernement internationalement reconnu du pouvoir dans la capitale, Sanaa, en 2014.

Le conflit est largement considéré comme une guerre par procuration entre l'Arabie saoudite et son ennemi régional, l'Iran musulman chiite.

Il n'y a eu aucune vérification indépendante des frappes aériennes ou des tornades.

Reportage de Nayera Abdallah et Alaa Swilam au Caire; Écriture de Rania El Gamal; Montage par Andrew Cawthorne et Christina Fincher

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.