Skip to content

Les étudiants universitaires «Premiers de la famille» (Cinquième) sont plus susceptibles de choisir des diplômes plus rémunérateurs que ceux dont les parents sont diplômés, selon une importante étude nationale.

Des chercheurs de l’University College London ont analysé les données de Next Steps, une étude longitudinale retraçant la vie et la progression scolaire de quelque 7 700 personnes en Angleterre, nées en 1989-1990, depuis l’école secondaire.

L’enquête la plus récente de la cohorte, entreprise en 2015-6 à l’âge de 25 ans, révèle que cinq étudiants universitaires sont 5% plus susceptibles d’étudier le droit, l’économie et la gestion (LEM) – classés comme sujets «à hauts revenus» – par rapport aux personnes diplômées Parents.

Des chercheurs, qui ont publié mercredi leurs résultats dans le Revue d’Oxford sur l’éducation, a défini Cinquante étudiants universitaires comme ceux des établissements d’enseignement supérieur dont les parents ne sont pas titulaires d’un diplôme.

Au sein de l’échantillon, ces étudiants de première génération représentaient 79% des personnes inscrites dans des études commerciales et administratives et 75% des étudiants qui lisent le droit dans les universités britanniques.

Ces diplômes se classent généralement près de l’extrémité supérieure des tableaux des gains des diplômés, les diplômés du LEM gagnant en moyenne 29 536 £ par an quatre ans après la fin de leurs cours, selon l’analyse du rapport.

En revanche, les résultats indiquent que les étudiants dont les parents sont diplômés de l’université sont plus enclins à choisir d’autres matières en sciences sociales, arts et sciences humaines, qui rapportent un revenu annuel moyen de 23 712 £ au cours de la même période.