Skip to content

Le président Donald Trump et le président chinois Xi Jinping se serrent la main lors d'une conférence de presse à la suite de leur rencontre au Grand Palais du Peuple à Pékin.

Artyom Ivanov | TASS | Getty Images

Les États-Unis ne voudront probablement pas "rompre" leur soi-disant accord commercial de phase 1 avec la Chine, même si les tensions entre les deux pays se sont intensifiées ces dernières semaines, a déclaré vendredi un économiste de Morgan Stanley.

Le président américain Donald Trump a déclaré le mois dernier qu'il était "très déchiré" quant à la fin de l'accord de phase un. Ses commentaires ont soulevé des inquiétudes parmi les investisseurs et les analystes selon lesquels les deux plus grandes économies du monde reprendraient une guerre tarifaire préjudiciable à l'économie mondiale.

"À ce stade, notre point de vue économique … est tant que nous avons l'accord de phase un en cours et qu'il n'y a pas de nouvelle escalade en termes de tarifs, alors les projections de croissance mondiale que nous avons devraient être intactes", Chetan Ahya, économiste en chef de Morgan Stanley et chef de l'économie mondiale, a déclaré à Squawk Box Asia de CNBC.

Il a expliqué que l'administration Trump "se concentrerait sur l'économie en ce moment et ne voudrait pas rompre l'accord de phase un", de sorte que le risque d'une nouvelle guerre commerciale américano-chinoise frappant l'économie mondiale "ne se produira probablement pas dans notre prévoir."

Trump n'a pas mis à jour sa position sur l'accord commercial, qui a été signé en janvier et a mis une pause dans la lutte tarifaire avec la Chine qui a duré plus d'un an.

Mais le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, l'un des principaux négociateurs de l'accord commercial avec Pékin, aurait déclaré jeudi qu'il se sentait "très bien" à propos de l'accord et que "la Chine a fait du très bon travail" dans certains changements structurels.

La Chine a également répété la semaine dernière qu'elle continuerait de travailler à la mise en œuvre de l'accord commercial de phase un, même si les experts ont déclaré que Pékin ne serait pas susceptible de répondre aux exigences pour augmenter considérablement ses achats de biens et services américains.

Jusqu'à présent, la Chine n'a pas respecté ses engagements en raison de la pandémie de coronavirus.

Les «points chauds» américano-chinois

Tommy Xie, chef de la recherche sur la Grande Chine à la banque singapourienne, OCBC, a déclaré que l'état de l'accord commercial de phase un dépend de la volonté de l'administration Trump de donner à la Chine plus de temps pour renforcer ses achats de marchandises américaines.

Mais le commerce n'est pas le seul moyen par lequel les tensions américano-chinoises pourraient se manifester dans les mois à venir, a noté Xie. Il a ajouté que les frictions entre les deux pays se sont étendues dans des domaines tels que la technologie, les marchés financiers et la gestion par Pékin de la pandémie de coronavirus.

"L'an dernier, la principale préoccupation concernait le commerce", a déclaré vendredi Xie à "Street Signs Asia" de CNBC.

"Mais cette année … nous voyons de plus en plus de points chauds en ce moment entre les États-Unis et la Chine. C'est pourquoi je pense qu'à court terme, il y a plus à craindre pour le marché en ce moment."