Les États-Unis condamnent un Canadien chinois dans une affaire liée à Huawei

L’homme d’affaires canadien Michael Spavor.

Kim Kyung Hoon | Reuters

WASHINGTON – Les États-Unis ont prononcé mercredi une sévère condamnation à la suite de la condamnation par un tribunal chinois de l’homme d’affaires canadien Michael Spavor à 11 ans de prison pour espionnage, dans une affaire mêlée à une querelle diplomatique plus large entre Washington et Pékin.

Le secrétaire d’État Antony Blinken a condamné les poursuites contre Spavor et Michael Kovrig, un ancien diplomate canadien accusé d’espionnage.

« Nous nous joignons à nos partenaires pour condamner la condamnation par Pékin du citoyen canadien Michael Spavor et appelant Pékin à libérer immédiatement Michael Spavor et Michael Kovrig, tous deux détenus arbitrairement pendant plus de deux ans et demi », a déclaré Blinken dans un communiqué. . « Les gens ne sont pas des monnaies d’échange. »

Les autorités chinoises ont arrêté Spavor et Kovrig à la fin de 2018, quelques jours après que le Canada a arrêté Meng Wanzhou, cadre de Huawei, à l’aéroport international de Vancouver sur mandat des États-Unis pour violations signalées des sanctions américaines contre l’Iran.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré que la condamnation de Spavor par le tribunal était « absolument inacceptable » et a appelé à la libération de Spavor et Kovrig.

« Le verdict de M. Spavor intervient après plus de deux ans et demi de détention arbitraire, un manque de transparence dans le processus juridique et un procès qui n’a même pas satisfait aux normes minimales requises par le droit international », a-t-il déclaré.

La Chine a rejeté l’idée que les arrestations de Canadiens soient une apparente représailles à l’arrestation de Huawei.

Le procès pour espionnage de Kovrig s’est terminé en mars, on ne sait pas quand son verdict sera annoncé.

La condamnation pour espionnage de Spavor intervient alors que les avocats au Canada représentant Meng, la directrice financière du géant chinois des télécommunications Huawei, s’efforcent d’éviter son éventuelle extradition vers les États-Unis.

Les audiences d’extradition de Meng en sont à leurs dernières semaines et une décision est attendue dans les prochains mois. La ministre de la Justice du Canada prendra une décision finale quant à son extradition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *