Skip to content

TLes attaques, qui ont détruit la moitié de la production de pétrole de l'Arabie saoudite, ont été revendiquées par les rebelles huthis du Yémen soutenus par l'Iran, mais Washington a braqué son doigt sur Téhéran, condamnant ces attaques comme un "acte de guerre".

Abqaiq a été frappé à 18 reprises tandis que Khurais, à proximité, a été touché à quatre reprises lors d'un raid qui a déclenché de multiples explosions et des flammes qui ont mis des heures à s'éteindre, ont déclaré des responsables d'Aramco.

Les États-Unis appliquent déjà de lourdes sanctions à l'Iran, y compris à sa banque centrale, et quiconque traite avec lui peut faire l'objet de poursuites, en raison du prétendu programme nucléaire de Téhéran.

Mais les nouvelles sanctions vendredi ont été imposées pour la raison supplémentaire du "terrorisme", a déclaré le Trésor, ajoutant que la banque centrale iranienne avait fourni des "milliards de dollars" à deux groupes inscrits sur la liste noire des États-Unis.

L’Iran a répondu que cette mesure montrait que les États-Unis étaient à court d’options.

Source

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *