Les enquêteurs français réexaminent la scène où la famille britannique al-Hilli a été abattue près du lac d’Annecy il y a neuf ans |  Nouvelles du monde

Des enquêteurs français sont retournés là où trois membres d’une famille britannique ont été abattus dans les Alpes il y a neuf ans.

Saad al-Hilli, 50 ans, qui habitait Surrey, a été abattu avec sa femme Iqbal, 47 ans, et sa belle-mère Suhaila al-Allaf, 74 ans, alors qu’ils tentaient de s’échapper du village de Chevaline dans une BMW le 5 septembre 2012.

Les magistrats locaux et les enquêteurs médico-légaux ont bouclé la route alpine où cela s’est produit, près du lac d’Annecy en La France’s Haute-Savoie mercredi.

L’enquête était toujours en cours vendredi.

Image:
La scène de la fusillade photographiée en 2012

La procureure d’Annecy, Line Bonnet-Mathis, a déclaré aux médias locaux qu’il n’y avait pas eu de nouveaux développements dans l’affaire, mais les détectives « examinent les incohérences dans les témoignages et les horaires ».

Les deux filles d’al-Hilli, Zeena, quatre ans, et Zainab, sept ans, ont également été prises dans la fusillade, mais ont survécu.

Le cycliste français Sylvain Mollier, 45 ans, est décédé après avoir reçu sept balles à bout portant.

Personne n’a jamais été inculpé pour les meurtres, qui ont enquêté sur une perquisition au domicile de la famille à Claygate, dans le Surrey.

La police est photographiée en train de fouiller la maison familiale d'al-Hilli à Claygate, Surrey en 2012
Image:
La police est photographiée en train de fouiller la maison familiale d’al-Hilli à Claygate, Surrey en 2012

Plus tôt cette année, des détectives enquêtaient sur un lien possible entre les décès d’al-Hilli et un gang de tueurs à gages vivant à Paris.

L’un des membres du gang a été trouvé pour avoir des cartouches de pistolet similaires à celles tirées de l’arme qui a tué les victimes à Chevaline il y a neuf ans.

Les enquêteurs ont déclaré à l’époque que s’il y avait un lien, il était plus probable que le Français, M. Mollier, soit la cible visée.

D’autres raisons possibles pour l’attaque sondée par les autorités vont du temps passé par la famille dans leur Irak natal et des liens présumés avec le dictateur déchu Saddam Hussein à un meurtre de « loup solitaire ».

L’enquête se poursuit.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments