Les employés de Google signent un manifeste contre l’élargissement du mandat des vaccins

Sundar Pichai, PDG de Google

Anindito Mukherjee | Bloomberg | Getty Images

Plusieurs centaines d’employés de Google ont signé et diffusé un manifeste s’opposant au mandat de vaccination de l’entreprise, posant le dernier défi pour le leadership à l’approche des échéances clés pour le retour des travailleurs dans les bureaux en personne.

L’administration Biden a ordonné aux entreprises américaines comptant 100 employés ou plus de s’assurer que leurs employés sont entièrement vaccinés ou régulièrement testés pour Covid-19 d’ici le 4 janvier. En réponse, Google a demandé à ses plus de 150 000 employés de télécharger leur statut de vaccination sur son site interne. systèmes d’ici le 3 décembre, qu’ils prévoient ou non d’entrer au bureau, selon des documents internes consultés par CNBC. L’entreprise a également déclaré que tous les employés qui travaillent directement ou indirectement avec des contrats gouvernementaux doivent être vaccinés, même s’ils travaillent à domicile.

« Les vaccins sont essentiels à notre capacité à permettre un retour au bureau en toute sécurité pour tout le monde et à minimiser la propagation de Covid-19 dans nos communautés », a écrit Chris Rackow, vice-président de la sécurité de Google, dans un e-mail envoyé vers la fin octobre.

Rackow a déclaré que la société mettait déjà en œuvre des exigences, de sorte que les changements par rapport au décret de Biden étaient « minimes ». Son courrier électronique fixait au 12 novembre la date limite pour que les employés demandent des exemptions pour des raisons telles que des croyances religieuses ou des conditions médicales, et indiquait que des exceptions seraient accordées au cas par cas.

Le manifeste au sein de Google, qui a été signé par au moins 600 employés de Google, demande aux chefs d’entreprise de retirer le mandat du vaccin et d’en créer un nouveau qui « inclut tous les Googleurs », arguant que la décision de la direction aura une influence démesurée dans les entreprises américaines. Il appelle également les employés à « s’opposer au mandat par principe » et dit aux employés de ne pas laisser la politique modifier leur décision s’ils ont déjà choisi de ne pas recevoir le vaccin Covid-19.

Le manifeste intervient alors que la plupart des employés de Google approchent d’une date limite pour retourner dans les bureaux physiques trois jours par semaine à partir du 10 janvier. Les employés particulièrement francs de l’entreprise ont déjà débattu de tout, des contrats gouvernementaux aux changements d’alimentation de la cafétéria.

Un porte-parole de Google a déclaré que l’entreprise soutenait sa politique : « Comme nous l’avons déclaré à tous nos employés et à l’auteur de ce document, nos exigences en matière de vaccination sont l’un des moyens les plus importants pour assurer la sécurité de notre personnel et assurer le fonctionnement de nos services. . Nous soutenons fermement notre politique de vaccination. »

Le dilemme du mandat

La vaccination est un dilemme non seulement pour Google, mais pour les entreprises américaines en général. Le virus Covid-19 a contribué à 772 570 décès aux États-Unis, selon John Hopkins Les données. Malgré une efficacité prouvée pour fournir un niveau élevé de protection contre l’hospitalisation et la mort, le pays a du mal à persuader des millions de personnes de recevoir leur première dose, car plus de 60 millions d’Américains ne sont toujours pas vaccinés.

En juillet, le PDG Sundar Pichai a annoncé que l’entreprise exigerait des vaccinations pour ceux qui retournent dans leurs bureaux. En octobre, Pichai a déclaré que les bureaux de la région de la baie de San Francisco, près de son siège, étaient occupés à 30% tandis que New York voyait revenir près de la moitié de ses employés. Il a ajouté à l’époque que les employés qui ne souhaitent pas se faire vacciner pourraient continuer à travailler à distance.

L’entreprise a pris d’autres mesures pour convaincre les employés de se faire vacciner également. Par exemple, Joe Kava, vice-président des centres de données chez Google, a annoncé une prime ponctuelle de vaccination de 5 000 $ pour les employés des centres de données américains, selon le manifeste.

Dans un e-mail cité dans le manifeste et consulté par CNBC, le vice-président de la sécurité mondiale de Google, Chris Rackow, a déclaré qu’en raison du travail de l’entreprise avec le gouvernement fédéral, qui « englobe aujourd’hui des produits et des services couvrant les annonces, les cartes cloud, l’espace de travail et plus encore », tous les employés travaillant directement ou indirectement avec des contrats gouvernementaux devront être vaccinés, même s’ils travaillent à domicile. Des tests fréquents ne sont « pas une alternative valable », a-t-il ajouté.

Les auteurs du manifeste sont fortement en désaccord.

« Je pense que le mandat de vaccination de Sundar est profondément imparfait », déclare le manifeste, qualifiant le leadership de l’entreprise de « coercitif » et « l’antithèse de l’inclusion ».

Dans un sous-titre intitulé « Respecter l’utilisateur », les auteurs écrivent que le mandat « d’interdire publiquement aux Googleurs non vaccinés d’accéder au bureau et expose peut-être de manière embarrassante un choix privé car il serait difficile pour le Googleur de ne pas révéler pourquoi ils ne peuvent pas revenir ».

L’auteur soutient également que le mandat viole les principes d’inclusivité de l’entreprise.

« De tels googleurs peuvent ne jamais se sentir à l’aise d’exprimer leurs véritables sentiments à propos d’une politique de santé d’entreprise et d’autres sujets sensibles sans rapport. Cela se traduit par une perspective réduite au silence et exacerbe la « chambre d’écho » idéologique interne que les gens à l’intérieur et à l’extérieur de Google observent depuis des années. « 

Le manifeste s’oppose également à ce que Google ait un dossier du statut de vaccination des employés.

« Je ne pense pas que Google devrait être au courant de la santé et des antécédents médicaux des Googleurs et le statut de vaccination ne fait pas exception. » Selon la documentation interne, Google a demandé à ses employés de télécharger leur preuve de vaccination dans l’équipe « santé et sécurité environnementales » de Google, même s’ils l’avaient déjà téléchargée sur One Medical, l’un des fournisseurs d’avantages sociaux de Google.

L’auteur essaie ensuite de faire valoir que le mandat des vaccins pourrait être le début d’une pente glissante, ouvrant la voie à d’autres mesures intrusives – une argumentation courante parmi les personnes opposées aux mandats.

« Cela normalise la contrainte d’intervention médicale non seulement pour la vaccination contre le Covid-19 mais pour les futurs vaccins et peut-être même les interventions non vaccinales par extension. Cela justifie le principe de division et de traitement inégal des Googleurs en fonction de leurs croyances et décisions personnelles. Les implications sont effrayantes . En raison de sa présence en tant que leader de l’industrie, le mandat de Google incitera les entreprises du monde entier à les considérer comme des compromis acceptables. »

Le groupe a envoyé ces préoccupations dans une lettre ouverte à la responsable de la santé de Google, Karen DeSalvo, indique le document.

Lors de la dernière réunion à mains nues de Google, appelée TGIF, certains employés ont tenté d’attirer davantage l’attention sur la question des vaccins en demandant à leurs collègues de « voter vers le bas » d’autres questions dans un système interne appelé Dory, selon une chaîne de messagerie interne consultée par CNBC. L’objectif était de s’assurer que leurs questions recueilleraient suffisamment de voix pour que les dirigeants puissent y répondre.

Les ambitions santé de Google

Le recul contre les mandats de vaccins constitue un nouveau défi pour le leadership de Google à un moment où il essaie de cibler le secteur de la santé parmi ses ambitions commerciales croissantes, en particulier pour son unité cloud.

En août, Google dissous son unité de santé en tant qu’unité commerciale officielle pour le secteur des soins de santé et le Dr David Feinberg, qui a passé les deux dernières années à la tête de l’unité de soins de santé du géant de la recherche, a quitté l’entreprise. Néanmoins, le PDG de Google Cloud, Thomas Kurian, a régulièrement mentionné le secteur de la santé comme un domaine d’intervention clé et DeSalvo, un ancien administrateur d’Obama que Google a embauché comme premier chef de la santé en 2019, a déclaré le mois dernier à la « Squawk Box » de CNBC que le géant de la technologie est « toujours tout sur la santé. »

La société a tenté de capitaliser sur la lutte plus large contre Covid de plusieurs manières. Au premier semestre 2021, la société a dépensé près de 30 millions de dollars en tests Covid à domicile pour les employés de Cue Health, qui sont devenus publics en septembre pour une valorisation de 3 milliards de dollars. Peu de temps après, la société a annoncé un partenariat distinct avec l’unité cloud de Google pour collecter et analyser les données Covid-19 dans l’espoir de prédire les futures variantes. Google s’est également associé à Apple pour un logiciel de suivi des contrats opt-in dans l’espoir de suivre Covid-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *