Les élèves et les écoles se préparent pour la première orientation en personne depuis l’arrêt des événements de COVID-19

Alors que le compte à rebours du premier jour d’école commence, les établissements postsecondaires du Canada se préparent à organiser leur première semaine d’orientation entièrement en personne pour les étudiants entrants – un rite de passage qui a été reporté de deux ans en raison de la COVID-19 pandémie.

Pour Maddie Fines, étudiante de première année à l’Université Trent à Peterborough, en Ontario, c’est l’occasion d’un nouveau départ.

“J’ai vraiment hâte de me diversifier et de rencontrer de nouvelles personnes”, a-t-elle déclaré à CBC News.

Cet enthousiasme se fait sentir chez tous ceux qui participent à l’orientation — des étudiants aux bénévoles et au personnel. Après deux ans d’introductions Zoom et de visites virtuelles, la vie étudiante est enfin prête à revenir à quelque chose de plus normal cet automne.

Mahsa Eskandari, vice-présidente associée de la programmation au Wilfrid Laurier University Students’ Union à Waterloo, en Ontario, a parlé à CBC News de l’importance de la semaine d’orientation.

“Il y a beaucoup de cette culture qui entoure [post-secondary], notamment avec la semaine d’orientation. Je pense que pour beaucoup de gens, c’est l’un des moments les plus excitants”, a-t-elle déclaré. “Vous venez sur le campus et vous ressentez l’énergie, vous ressentez l’espace, l’esprit que tout le monde a en quelque sorte.”

Bienvenue à l’orientation en personne

Pour ceux qui participent à l’amélioration de l’expérience sur le campus, la semaine d’orientation est la période la plus occupée de l’année, a déclaré Andrew Bisnauth, directeur de la vie étudiante et de l’engagement sur le campus à la Toronto Metropolitan University (TMU). Il a planifié environ 150 événements au cours des quatre derniers mois.

“Nous avons environ 11 000 étudiants qui viennent à TMU”, a-t-il déclaré. “Je prévois que nous allons avoir beaucoup d’étudiants [at orientation]assez proche de ce que nous avions en 2019.”

REGARDER | Des étudiants universitaires partagent des histoires de luttes pour la santé mentale:

Des étudiants universitaires partagent des histoires de luttes pour la santé mentale

Des étudiants de l’Université MacEwan à Edmonton se sont montrés francs devant la caméra, partageant leurs propres histoires dans le cadre d’un projet de classe. Ils espèrent que cela aidera les autres élèves à savoir qu’ils ne sont pas seuls.

Cette année, l’université du centre-ville de Toronto a ajouté un brunch drag et un défilé de mode body positive. Il enseigne également aux étudiants entrants les outils organisationnels et les compétences en gestion du temps, ainsi que l’organisation d’une semaine du bien-être.

La santé mentale devient de plus en plus importante pour les nouveaux étudiants postsecondaires, comme Fines, de Dundas, en Ontario. Elle a déclaré que le nombre de centres de bien-être à Trent “est incroyable” et l’aidera à s’adapter à la vie loin de chez elle pour la première fois.

Les élèves et les écoles se préparent pour la première orientation en personne depuis l'arrêt des événements de COVID-19
Maddie Fines, étudiante de première année à l’Université Trent à Peterborough, en Ontario, se réjouit d’un nouveau départ après la pandémie de COVID-19. (Maddie Fines)

À Wilfrid Laurier, Eskandari a déclaré que le programme d’orientation de l’école est passé d’un format de compétition par équipe à un format communautaire. Cette année, l’accent est mis sur l’établissement de liens sociaux et d’appartenance sociale, en aidant les étudiants à se reconnecter après les défis des deux dernières années, a-t-elle déclaré.

Au cours des deux dernières années, lorsque la pandémie a forcé la tenue virtuelle des événements de la semaine d’orientation, la fréquentation était faible, ce qui a fait de cette année une année clé pour les écoles.

“Je ne pense pas être allé à l’un des événements. Je suis probablement allé au premier Zoom [event] le premier jour, puis j’ai arrêté d’y aller parce que ce n’était pas aussi amusant que je le pensais », a déclaré Ana Duvnjak, étudiante de troisième année à l’Université Queen’s à Kingston, en Ontario.

Eskandari a déclaré qu’elle comprenait pourquoi les étudiants ne ressentaient pas le besoin de se connecter. “Ce n’est probablement pas non plus ce qu’ils espéraient quand ils pensaient à quoi ressemblerait leur première année.”

Même lorsque l’orientation est devenue hybride, Duvnjak a déclaré qu’elle trouvait toujours que l’approche à prédominance virtuelle n’était pas engageante pour les étudiants. “Nous avons eu beaucoup d’enfants le premier jour, puis tout le monde a commencé à ralentir lentement.”

Bisnauth, de l’Université métropolitaine de Toronto, a déclaré que la fatigue virtuelle était l’une des principales raisons pour lesquelles les orientations en ligne ne fonctionnaient pas, les organisateurs et les étudiants ayant du mal à socialiser.

“Comment trouvons-nous ces outils qui peuvent rassembler les étudiants, pour continuer à construire cette communauté, pour construire une partie de cette amitié afin que nous réduisions l’impact d’avoir à être en ligne?” il a dit.

Cependant, Eskandari a mis en évidence un modèle inattendu qui provenait de l’orientation virtuelle.

“Nous avons vu beaucoup d’étudiants qui n’avaient peut-être pas eu une semaine d’orientation entièrement en personne avoir tendance à faire beaucoup de bénévolat. Parce que non seulement ils peuvent aider la première année dans leur transition vers l’université, mais ils ont aussi l’expérience peut-être certaines des choses auxquelles ils n’ont pas eu accès”, a-t-elle déclaré.

Les élèves et les écoles se préparent pour la première orientation en personne depuis l'arrêt des événements de COVID-19
Les étudiants de l’Université métropolitaine de Toronto se saluent lors de la semaine d’orientation en 2017. Andrew Bisnauth, responsable de la vie étudiante et de l’engagement sur le campus de l’université, affirme que la fatigue virtuelle était l’une des principales raisons pour lesquelles les orientations en ligne ne fonctionnaient pas, les organisateurs et les étudiants ayant du mal à socialiser. . (Université métropolitaine de Toronto)

C’était exactement le cas pour Duvnjak, qui était chef d’équipe d’orientation de deuxième année en 2021 après son orientation en ligne l’année précédente.

“J’étais contrarié en première année que nous n’ayons pas eu une bonne orientation… J’ai l’impression que beaucoup de gens espéraient que non seulement nous pourrions participer à l’orientation, ce qui est super amusant, mais ce serait gentil de compenser pour avoir manqué le nôtre. »

Zach Groves est un autre étudiant qui a eu une orientation complètement virtuelle, alors quand il est devenu coordonnateur de l’orientation à l’Université de Toronto, il avait des appréhensions.

“C’est très effrayant. C’est la première pensée, je dirais, parce que, comme, chaque fois que je pense à planifier l’orientation, je pense juste que, comme, je n’ai jamais vu ça”, a déclaré l’étudiant de troisième année à CBC News.

Leçons apprises pour l’avenir

Julie Seeger, étudiante en architecture et coordonnatrice de l’orientation à l’Université de Toronto, a déclaré que l’université réduisait les coûts des billets d’orientation afin de pouvoir rejoindre le plus d’étudiants possible.

Il tire également parti des ressources en ligne et planifie une variété d’événements pour différents niveaux de confort, car certains étudiants ne se sentent pas prêts à revenir aux événements en personne.

“Nous essayons également d’inclure un bon nombre de choses qui sont à l’intérieur, des choses qui sont à l’extérieur, des choses qui nécessitent un contact plus étroit par rapport à des choses qui sont plus détendues, distantes”, a déclaré Seeger.

Les élèves et les écoles se préparent pour la première orientation en personne depuis l'arrêt des événements de COVID-19
Julie Seeger, étudiante et coordonnatrice de l’orientation à l’Université de Toronto, affirme que l’université réduit les coûts des billets d’orientation afin de pouvoir rejoindre le plus d’étudiants possible. (Rena Seeger)

L’Université de Victoria conservera un modèle hybride, en organisant une séance de questions-réponses virtuelle, une visite du campus et une programmation sociale ainsi qu’une orientation en personne. Il y aura également une série de webinaires Zoom et des activités de “speed friending” et de jeux-questionnaires.

Emily Huynh, responsable de la vie étudiante et de l’engagement à l’université de la Colombie-Britannique, a déclaré que COVID-19 avait aidé sa programmation à devenir plus inclusive pour les étudiants qui ne peuvent pas être physiquement présents pour des raisons de santé, ils sont mal à l’aise d’être dans un grand groupe ou ils sont venant d’un autre pays.

“[We’re] être vraiment conscient et attentif aux façons dont nous pouvons rendre notre programmation plus accessible et plus accessible », a-t-elle déclaré.

L’étudiante internationale Monisha Vinod, de Bangalore, en Inde, en est un exemple. Elle a utilisé l’orientation en ligne à l’Université de l’Alberta l’année dernière pour se préparer à l’école à l’étranger.

Les élèves et les écoles se préparent pour la première orientation en personne depuis l'arrêt des événements de COVID-19
Monisha Vinod est une étudiante internationale de Bangalore, en Inde, qui fréquente l’Université de l’Alberta. Elle a participé l’année dernière à l’orientation en ligne de l’université pour la préparer à l’école à l’étranger. (Monisha Vinod)

“C’était comme un parcours qu’il fallait faire avant d’arriver à Edmonton, et c’était vraiment bien organisé”, a-t-elle dit. Le cours l’a aidée à obtenir les documents de voyage et les programmes de travail dont elle pourrait avoir besoin, mais il l’a également aidée à se familiariser avec la culture canadienne.

“J’ai enregistré tous les liens avant d’arriver ici où je pouvais faire de la randonnée et des choses comme ça. Des informations ont été données sur les parcs nationaux”, a déclaré Vinod, étudiant au MBA. “Edmonton est la ville des festivals, et je l’ai mis dans mes favoris et je l’ai gardé pour juillet et août de cette année – et en particulier les festivals gastronomiques et la musique.”

Le programme d’orientation lui a aussi donné des renseignements sur les endroits où acheter un manteau d’hiver à un prix raisonnable et sur la façon d’établir son budget pendant son séjour à Edmonton.

Vinod a comparé ses notes avec d’autres étudiants internationaux, et elle a dit qu’ils trouvaient généralement l’orientation en ligne utile – en particulier ceux qui sont arrivés en retard en raison de complications de visa et ont raté la semaine d’accueil.

“Ils ont ces ressources, et ils peuvent toujours être prêts quand ils viennent ici. Je pense donc que l’université s’en est rendu compte, et c’est pourquoi ils ont les deux options”, a déclaré Vinod, ajoutant qu’elle pense que l’école devrait continuer à offrir en ligne. orientation une fois que les restrictions pandémiques ne seront plus nécessaires.

“Je pense que c’est en fait une sorte d’élément positif qui vient de la programmation de cette manière pendant la pandémie, c’est que nous sommes mieux équipés pour le faire et que nous avons en quelque sorte plusieurs offres disponibles pour les étudiants”, a déclaré Huynh de l’Université de Victoria.