Les données du recensement montrent que la Colombie-Britannique est la province la plus laïque du Canada

Tous les 10 ans, Statistique Canada demande aux Canadiens s’ils appartiennent à une organisation ou à un groupe religieux. Et tous les 10 ans, de plus en plus de gens en Colombie-Britannique disent non.

Selon le Recensement de la population 202134,6 % des Canadiens n’ont déclaré aucune appartenance religieuse, tandis que en Colombie-Britannique ce chiffre est passé à 52,4 %, le plus élevé jamais atteint.

Ian Bushfield, directeur général de la British Columbia Humanist Association, dit que son organisation est « ravie ».

“C’est monumental de voir franchir ce seuil d’une majorité non religieuse en Colombie-Britannique”, a déclaré Bushfield dans une entrevue.

“L’une des choses qui est vraiment fascinante, c’est que nous voyons une nouvelle génération de personnes dont les parents ne sont pas religieux et peut-être même que leurs grands-parents ne sont pas religieux”, a-t-il poursuivi. “Ces enfants … ils grandissent simplement laïcs.”

Bushfield dit que la Colombie-Britannique a toujours été «un endroit un peu différent» où les nouveaux arrivants cherchent souvent à recommencer et, dans de nombreux cas, laissent derrière eux des choses comme la religion.

Ian Bushfield, chef de la BC Humanist Association, dit que son organisation est « ravie » de voir que plus de la moitié des Britanno-Colombiens n’ont déclaré aucune affiliation à une religion lors du recensement de 2021. (Sohrab Sandhu/Radio-Canada)

Il dit que les habitants de la côte ouest ont également tendance à être de grands croyants en la science, ce qui, selon lui, a été démontré par le respect des mesures de santé publique pendant la pandémie et la forte utilisation des vaccins COVID-19.

Bushfield dit que la province est également très diversifiée. Alors que le nombre de personnes associées aux confessions chrétiennes continue de diminuer, il existe un nombre croissant de personnes affiliées à des confessions telles que le sikhisme, l’hindouisme et l’islam.

Les données du recensement montrent que la Colombie-Britannique est la province la plus laïque du Canada
La mosquée Al Masjid Al Jamia à Vancouver est photographiée le premier jour du Ramadan. Ian Bushfield, chef de la BC Humanist Association, affirme que la Colombie-Britannique est très diversifiée, avec un nombre croissant de personnes affiliées à des religions, dont l’islam. (Gian Paolo Mendoza/CBC)

“Et de cette façon, la laïcité est très importante”, a-t-il déclaré.

“Comme c’est une façon de représenter la neutralité où chacun peut se sentir bienvenu et inclus.”

Les chefs religieux ont des perspectives différentes

La révérende Carmen Lansdowne, modératrice de l’Église unie du Canada, affirme que la Colombie-Britannique a toujours été à l’avant-garde en matière de sécularisation – dans toutes les traditions religieuses.

En tant que premier chef autochtone d’une confession religieuse au Canada, Lansdowne estime que l’abandon de la religion organisée peut s’expliquer, du moins en partie, par des actions historiques négatives.

Les données du recensement montrent que la Colombie-Britannique est la province la plus laïque du Canada
La révérende Carmen Lansdowne est la modératrice de l’Église unie et la première dirigeante autochtone d’une confession religieuse au Canada. Elle dit qu’une partie de l’abandon du christianisme peut être attribuée aux dommages historiques causés par l’église. (Ka’nhehsí:io Deer/CBC)

“Nous le voyons au Canada à travers l’héritage des pensionnats indiens et les façons dont l’État et le christianisme se sont associés pour perpétuer le génocide culturel contre les peuples autochtones”, a-t-elle déclaré.

“Je pense que les gens qui s’éloignent des traditions religieuses n’ont pas tant à voir avec leur spiritualité ou leur foi, mais plutôt avec le rejet des torts causés par la tradition religieuse.”

Les données du recensement montrent que la Colombie-Britannique est la province la plus laïque du Canada
Des membres de la Première Nation Squamish organisent une cérémonie en souvenir des 215 enfants découverts à l’ancien pensionnat de Kamloops, à l’extérieur de l’église St. Paul dans la réserve de la mission Squamish à North Vancouver, en Colombie-Britannique, en mai 2021. (Ben Nelms/CBC)

Le père Douglas Fenton, archidiacre exécutif du diocèse anglican de New Westminster, a une opinion différente.

Il dit que lorsqu’il demande aux gens s’ils prient, ont des conversations avec des collègues sur la foi ou la croyance en Dieu, beaucoup répondent par l’affirmative.

“Lorsque nous parlons de qui est religieux et qui ne l’est pas, nous mesurons souvent la fréquentation d’un lieu : une église, une mosquée ou un temple”, a-t-il déclaré. “Et ne pas parler de la relation que la foi joue dans la vie d’un individu.”

Les données du recensement montrent que la Colombie-Britannique est la province la plus laïque du Canada
Le père Douglas Fenton est l’archidiacre exécutif du diocèse anglican de New Westminster. Il dit que même si le nombre de membres est en baisse, les églises chrétiennes sont toujours très impliquées dans les communautés de la Colombie-Britannique. (Sohrab Sandhu/Radio-Canada)

Pourtant, Fenton admet que les églises chrétiennes connaissent une baisse du nombre de membres en Colombie-Britannique depuis des années, et il dit qu’il existe un certain nombre de théories de sociologues pour expliquer pourquoi – l’une étant que l’église ne joue plus le même rôle social qu’auparavant. , et un autre soulignant la consommation accrue de la télévision et de la connectivité sociale via Internet et les médias sociaux.

Au-delà de l’attrait des écrans de télévision et d’ordinateur, il dit que les habitants de la Colombie-Britannique ont tendance à être très actifs et qu’ils n’ont peut-être pas le temps d’assister aux services religieux.

“Dans cette partie du pays, la vie des gens se vit à l’extérieur”, a-t-il déclaré.

Fenton dit que les communautés religieuses de la Colombie-Britannique sont toujours très engagées dans des questions importantes comme le logement, l’itinérance, la réconciliation avec les peuples autochtones et le changement climatique, tout en offrant des services importants tels que des refuges et des banques alimentaires.

“Le rôle de l’église ici n’est pas moins diminué que partout ailleurs, et c’est pourquoi je pense que ces chiffres jouent parfois un rôle différent de ce qu’ils devraient.”