Skip to content

Les dirigeants des 20 plus grandes économies du monde se sont engagés à lutter contre la récession mondiale causée par le coronavirus et ont présenté des plans pour accélérer une reprise équitable et durable à l’issue du sommet historique du G-20 en Arabie saoudite.

“Nous nous engageons à diriger le monde pour façonner une ère post-COVID-19 forte, durable, équilibrée et inclusive”, ont déclaré les dirigeants du G-20 dans un document de douze pages publié dimanche soir.

La présidence historique du G-20 de l’Arabie saoudite, la toute première pour un pays arabe, a été dominée par la nécessité de faire face à l’impact économique et social de la pandémie en cours, qui a maintenant tué plus de 1,3 million de personnes dans le monde.

“La pandémie COVID-19 et son impact sans précédent en termes de vies perdues, de moyens de subsistance et d’économies affectées, est un choc sans précédent qui a révélé des vulnérabilités dans notre préparation et réponse et a souligné nos défis communs”, a déclaré le communiqué final.

Le groupe s’est engagé à “n’épargner aucun effort pour protéger des vies, fournir un soutien avec une attention particulière aux plus vulnérables et remettre nos économies sur la voie du rétablissement de la croissance et de la protection et de la création d’emplois pour tous”.

Le G-20 s’est également engagé à mobiliser davantage de ressources pour répondre aux besoins de financement immédiats afin de soutenir la recherche, le développement, la fabrication et la distribution de diagnostics, de thérapies et de vaccins Covid-19 sûrs et efficaces.

“Nous n’épargnerons aucun effort pour garantir leur accès abordable et équitable à tous”, a ajouté la déclaration, sans fournir de détails spécifiques sur la manière dont les pays donneront la priorité aux déploiements mondiaux de vaccins ou un montant en dollars sur le montant à dépenser.

“Si un pays souffre, nous souffrirons tous”, a déclaré le ministre des Finances de l’Arabie saoudite, Mohammed Al-Jadaan, lors du point de presse final du sommet. «Chaque dirigeant a soutenu les initiatives du G-20 pour s’assurer que nous fournissons suffisamment de ressources pour garantir que le vaccin et les produits thérapeutiques sont disponibles pour tous.

Les dirigeants du G-20 se sont engagés à faire face à l’impact social et économique disproportionné du virus, ayant déjà déployé un montant sans précédent de 11 billions de dollars pour accélérer la reprise mondiale et de 21 milliards de dollars au début de la crise pour soutenir les systèmes de santé et la chasse au vaccin.

“Cela a mis un plancher sous l’économie mondiale”, a déclaré Al Jadaan. Les dirigeants ont averti que la reprise était loin d’être garantie, malgré le début de la reprise de l’activité économique dans certains pays.

“La reprise est inégale, très incertaine et sujette à des risques de baisse élevés”, ont reconnu les dirigeants, avertissant que de nouvelles épidémies virales dans certaines économies posent des défis importants.

Le groupe du G-20 a également progressé sur la suspension de la dette, les dirigeants s’engageant à mettre en œuvre l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI) et même à la prolonger jusqu’en juin 2021. Le programme permet aux pays éligibles de suspendre les paiements officiels du service de la dette bilatérale.

“C’est une avancée majeure”, a déclaré Al Jadaan. Jusqu’à présent, le G-20 a accordé 14 milliards de dollars d’allégement de la dette aux pays en développement, leur permettant d’allouer plus d’argent à leur riposte au virus.

Les dirigeants ont également déclaré que le soutien aux institutions multilatérales et au système commercial mondial était “aussi important que jamais”, dans une reconnaissance apparente de divers différends commerciaux lancés sous l’actuelle administration américaine.

«Nous nous efforçons de réaliser l’objectif d’un environnement commercial et d’investissement libre, juste, inclusif, non discriminatoire, transparent, prévisible et stable, et de maintenir nos marchés ouverts», ont déclaré les dirigeants. “Nous continuerons de travailler pour garantir des conditions de concurrence équitables afin de favoriser un environnement commercial favorable.”

Le G-20 a également reconnu le besoin urgent d’accélérer les efforts pour mettre fin à la pauvreté et lutter contre les inégalités entre les segments les plus vulnérables de la société, y compris les femmes et les jeunes.

La déclaration indique également que tous les membres du G-20 continuent de soutenir les efforts et d’utiliser toutes les approches disponibles visant à «faire progresser la gérance de l’environnement pour les générations futures».

style="display:block" data-ad-client="ca-pub-5390986774482540" data-ad-channel="" data-ad-slot="" data-ad-format="auto">