Les dirigeants divisés sur les nouveaux pourparlers malgré le sommet Biden-Poutine

Angela Merkel, chancelière allemande, s’entretient avec des journalistes alors qu’elle quitte une réunion des dirigeants de l’UE à Bruxelles, en Belgique, le vendredi 25 juin 2021.

Bloomberg | Bloomberg | Getty Images

LONDRES – Les plans de la France et de l’Allemagne pour reprendre les pourparlers avec la Russie ont échoué, car un certain nombre d’autres dirigeants de l’UE restent sceptiques quant à un réengagement avec le Kremlin.

Le président américain Joe Biden a rencontré le président russe Vladimir Poutine la semaine dernière malgré leurs divergences importantes. Désormais, les dirigeants allemands et français voudraient emboîter le pas.

Cependant, plusieurs dirigeants de l’UE, notamment des pays baltes, qui sont géographiquement les plus proches de la Russie, ne pensent pas qu’il y ait eu de changement de comportement de Moscou qui justifie de nouveaux pourparlers entre les deux parties.

S’exprimant jeudi, le président français Emmanuel Macron a déclaré que l’idée n’était pas d’offrir des concessions à Moscou, mais simplement d’avoir un dialogue. Le bloc n' »abandonnera » pas ses valeurs ou ses intérêts, a-t-il déclaré.

Mais le président lituanien, Gitanas Nauseda, a déclaré vendredi : « C’est trop tôt car, jusqu’à présent, nous ne voyons aucun changement radical de comportement de la part de Poutine. »

Les 27 dirigeants de l’UE doivent s’accorder à l’unanimité sur la reprise des pourparlers avec la Russie pour qu’une telle réunion ait lieu.

« Partenaire peu fiable »

Les relations de l’UE avec la Russie se sont détériorées depuis 2014, date à laquelle le Kremlin a annexé la Crimée, ce à quoi les dirigeants européens s’opposent sévèrement.

Les tensions se sont intensifiées depuis, en particulier en février lorsque le chef des Affaires étrangères de l’UE, Josep Borrell, s’est rendu en Russie et est resté silencieux tandis que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a qualifié l’UE de « partenaire peu fiable ».

« Nous nous souvenons de la visite à Moscou et le résultat n’a pas été si positif pour l’Union européenne », a déclaré jeudi Kaja Kallas, Premier ministre estonien, à son arrivée à Bruxelles pour le sommet européen des dirigeants de l’UE.

Au lieu de renouer avec la Russie, les dirigeants de l’UE ont convenu à Bruxelles de formuler des demandes pour le Kremlin avant d’organiser des pourparlers de haut niveau.

« Le Conseil européen attend des dirigeants russes qu’ils fassent preuve d’un engagement et d’un engagement politique plus constructifs et qu’ils mettent fin aux actions contre l’UE et ses États membres, ainsi que contre les pays tiers », ont déclaré les 27 dirigeants dans une déclaration commune à l’issue de leur premier jour de pourparlers. à Bruxelles.

« Le Conseil européen appelle la Russie à assumer pleinement sa responsabilité d’assurer la pleine mise en œuvre des accords de Minsk comme condition clé de tout changement substantiel de la position de l’UE », ont-ils ajouté.

L’accord de Minsk fait référence à un accord conclu par la France, l’Allemagne, l’Ukraine et la Russie, initialement en 2015, visant à instaurer un cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine et une désescalade globale des tensions. Au lieu de cela, l’OTAN a déclaré la semaine dernière que la Russie avait intensifié ses activités dans la région.

En tant que tels, les dirigeants de l’UE ont déclaré que la branche exécutive de l’UE devrait « présenter des options pour des mesures restrictives supplémentaires, y compris des sanctions économiques » au cas où la Russie poursuivrait « d’autres activités malveillantes, illégales et perturbatrices ».

« Nous n’avons pas pu nous mettre d’accord sur une base pour organiser une réunion au niveau du leadership, mais il est important pour moi que nous maintenions un dialogue et que nous le développions à l’avenir. Personnellement, j’aurais aimé que des mesures plus courageuses soient prises, mais cela est également bon, et nous continuerons à y travailler », a déclaré vendredi matin la chancelière allemande Angela Merkel.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments