Actualité culturelle | News 24

Les dirigeants arabes en Arabie saoudite pour la visite du dirigeant chinois Xi

Commentaire

DUBAÏ, Émirats arabes unis – Les dirigeants arabes du Golfe et d’autres pays du Moyen-Orient se sont rencontrés vendredi en Arabie saoudite dans le cadre d’une visite d’État du dirigeant chinois Xi Jinping, cherchant à raffermir leurs relations avec Pékin alors que des décennies d’attention américaine sur la région diminuent.

Avant une réunion conjointe avec Xi, des représentants du Conseil de coopération du Golfe se sont réunis lors d’un sommet dirigé par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, signalant en outre son contrôle sur un royaume toujours supervisé par son père, le roi Salmane, âgé de 86 ans.

Parmi eux se trouvait l’émir au pouvoir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, dont le pays accueille désormais la Coupe du monde de football et a largement rétabli les liens avec ses voisins arabes après un boycott de plusieurs années. Le roi de Bahreïn Hamad bin Isa Al Khalifa, dont la nation insulaire entretient toujours des relations tendues avec le Qatar, était également présent.

Le prince Mohammed a fait un point dans son discours d’ouverture, diffusé à la télévision d’État, pour applaudir le Qatar pour son organisation de la Coupe du monde. On pouvait également le voir saluer chaleureusement Sheikh Tamim avant la réunion, chose impensable seulement deux ans plus tôt au milieu du boycott.

Le CCG comprend Bahreïn, le Koweït, Oman, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Le chef des Émirats, le cheikh Mohammed bin Zayed Al Nahyan, n’était pas présent, envoyant à la place le dirigeant de l’émirat de Fujairah, le cheikh Hamad bin Mohammed Al Sharqi. Le prince héritier du Koweït et un représentant du sultan d’Oman étaient également présents.

La visite de Xi intervient alors que la Chine compte sur les États arabes du Golfe, en particulier l’Arabie saoudite, pour des milliards de dollars d’importations de pétrole brut pour alimenter l’économie de son pays. Alors que les États-Unis maintiennent toujours des bases dans la région et stationnent des dizaines de milliers de soldats, les pays arabes du Golfe estiment que l’attention de Washington s’est déplacée ailleurs après la fin des guerres en Afghanistan et en Irak.

Ils veulent également maintenir des relations avec la Chine, même si les responsables américains pensent qu’ils sont confrontés à une menace croissante de la part de la Chine en Asie et de la Russie alors que Moscou mène sa guerre de plusieurs mois contre l’Ukraine.

Lors de la visite de Xi, des responsables saoudiens ont déclaré que des accords avaient été signés entre Riyad et Pékin, dont certains impliquant la société technologique chinoise Huawei sur le cloud computing, les centres de données et d’autres entreprises de haute technologie. Les États-Unis ont déjà averti leurs alliés arabes du Golfe de travailler avec Huawei en raison de problèmes d’espionnage.

Xi et le roi Salmane ont également convenu de tenir des réunions entre les dirigeants des deux pays tous les deux ans, a rapporté l’agence de presse officielle Xinhua.

L’agence a rapporté que Xi a rencontré jeudi le chef militaire soudanais, le général Abdel-Fattah Burhan, après un accord lundi pour établir un gouvernement de transition dirigé par des civils après la prise de contrôle militaire l’année dernière. Cependant, aucun calendrier n’a été fixé et l’accord a déclenché de nouvelles manifestations jeudi dans le pays.

Xi a rencontré séparément jeudi le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi et le président palestinien Mahmoud Abbas également à Riyad.

Vendredi, Xi a eu un entretien individuel avec le président tunisien Kais Saied, ainsi qu’avec le Premier ministre irakien Mohammed Shia al-Sudani et le cheikh Tamim du Qatar.

Suivez Jon Gambrell sur Twitter à www.twitter.com/jongambrellAP.

Articles similaires