Dernières Nouvelles | News 24

Les députés espagnols rejettent le projet d’amnistie pour les séparatistes catalans, un coup dur pour le Premier ministre Sanchez

Les législateurs espagnols ont rejeté mardi un projet de loi d’amnistie catalane qui a profondément divisé le parti séparatiste pur et dur qui lui a demandé de voter contre, estimant qu’il n’allait pas assez loin.

Publié le:

2 minutes

Le projet de loi va maintenant être renvoyé devant une commission parlementaire, un revers majeur pour le Premier ministre socialiste Pedro Sanchez qui met en évidence la fragilité de son soutien parlementaire.

Le projet de loi a été rejeté par 179 voix contre 171 au parlement de 350 sièges où le gouvernement minoritaire de gauche de Sanchez dépend d’un ensemble de soutiens pour adopter une législation.

La loi s’appliquera aux personnes recherchées par la justice dans le cadre de la campagne d’indépendance catalane de 2017, en premier lieu au leader en exil du parti séparatiste pur et dur JxCat, Carles Puigdemont.

Il était leader régional catalan en 2017 et a fui vers la Belgique pour échapper aux poursuites.

Même si JxCat avait exigé la loi en échange de son soutien parlementaire pour garantir à Sanchez un nouveau mandat, elle a fait pencher la balance en votant contre le projet de loi mardi après le rejet de ses amendements de dernière minute.

Cette décision a provoqué la colère du gouvernement, le ministre de la Justice, Félix Bolanos, ayant déclaré qu’il était “incompréhensible” qu’ils aient voté contre un projet de loi sur lequel ils s’étaient mis d’accord, se rangeant du côté des partis de droite qui cherchaient “à les emprisonner et à les interdire”.

JxCat souhaitait modifier le texte pour garantir que l’amnistie s’appliquerait à toute personne accusée de « terrorisme » ou de « trahison » — formulation absente du projet de loi actuel — suite à des allégations soulevées lors de deux enquêtes judiciaires distinctes sur Puigdemont.

“Ce texte est un bon point de départ… mais il comporte des failles que le système judiciaire espagnol peut exploiter pour laisser l’amnistie en lambeaux”, a déclaré la députée de JxCat, Miriam Nogueras, aux législateurs lors du débat.

Les deux magistrats instructeurs ont été accusés par la gauche d’avoir des arrière-pensées politiquement motivées après avoir annoncé lundi qu’ils prolongeraient leurs enquêtes.

“Nous ne sommes pas des terroristes”, a déclaré Nogueras, avertissant les législateurs “de ne pas embarrasser les Européens en banalisant le terrorisme”.

« Dérouler le tapis rouge »

Pour beaucoup de droite espagnole, Puigdemont est considéré comme l’ennemi public numéro un.

“Cette loi… est une plaisanterie et son seul but est de maintenir Sánchez au pouvoir”, a déclaré le leader de l’opposition de droite Alberto Nunez Feijoo avant le vote.

“Sanchez voulait traduire Puigdemont en justice et maintenant on lui déroule le tapis rouge. Il a quitté l’Espagne dans le coffre d’une voiture et maintenant il reviendra dans le Falcon de Sanchez”, a-t-il raillé, en faisant référence à l’avion privé du Premier ministre. .

Même si le projet de loi devait finalement être adopté, il se heurterait à de nombreux obstacles avant de devenir loi, le Parti populaire (PP) de Feijoo s’engageant à ralentir son adoption au Sénat, où il détient la majorité absolue.

La mesure a également suscité une opposition farouche de la part de certains membres du pouvoir judiciaire et fait face à des contestations judiciaires qui pourraient compromettre son avenir.

Lundi, un magistrat a étendu son enquête pour savoir si Puigdemont avait recherché le soutien de la Russie à un Etat catalan, citant des preuves de “relations personnelles étroites” entre son entourage et des diplomates et espions russes.

Selon El Pais, l’enquête pourrait aboutir à des accusations de trahison contre Puigdemont qui échapperaient à la loi d’amnistie.

Un deuxième magistrat enquête sur le tsunami démocratique, un groupe de protestation secret qui a bloqué l’aéroport de Barcelone après que l’Espagne a emprisonné neuf dirigeants séparatistes catalans fin 2019 en raison de la crise d’indépendance.

En novembre, le magistrat a déclaré que Puigdemont avait joué un rôle de “leader” dans le cadre du tsunami démocratique, indiquant que les accusations portées contre lui “pourraient être classées… comme du terrorisme”.

La semaine dernière, les socialistes ont été contraints de modifier le projet de loi pour garantir qu’il s’appliquerait aux personnes accusées de « terrorisme » à condition qu’il n’implique pas « une violation grave des droits de l’homme ».

(AFP)