Les députés conservateurs rencontrent les défenseurs du mandat anti-vaccin

OTTAWA –

Un soldat canadien accusé d’avoir dénoncé les exigences du vaccin COVID-19 a été chaleureusement accueilli mercredi sur la colline du Parlement, où des députés conservateurs ont posé avec lui pour des photos avant d’assister à une conférence sur les prétendus dangers des inoculations.

La manifestation de soutien à James Topp est intervenue plus d’un mois après que l’adjudant réserviste a été inculpé de deux chefs de conduite préjudiciable au bon ordre et à la discipline pour des propos tenus alors qu’il portait son uniforme en février.

Cela s’est également produit alors que le vétéran de la guerre d’Afghanistan et ses partisans se préparent à terminer une marche de quatre mois de Vancouver au Monument commémoratif de guerre du Canada à Ottawa qui a commencé en février au plus fort du « convoi de la liberté ».

Leur arrivée prévue le 30 juin a attisé les craintes d’une nouvelle série de manifestations anti-vaccins et anti-gouvernementales, qui ont grondé la capitale pendant des semaines jusqu’à ce que la police utilise la force pour mettre fin à ce qu’eux-mêmes et le gouvernement ont décrit comme une occupation illégale.

De telles appréhensions n’ont pas empêché un groupe de députés conservateurs de se serrer la main, de poser pour des photos et d’exprimer leur soutien à Topp lors d’une réunion sur la colline du Parlement qui a été diffusée en ligne.

Parmi eux se trouvaient la candidate à la direction Leslyn Lewis ainsi que Dean Allison, Ryan Williams et Alex Ruff.

Topp a été conduit à Ottawa pour rencontrer des députés mercredi et devait retourner dans la région de Deep River, en Ontario, pour poursuivre sa marche vers la capitale dans les prochains jours.

À ses côtés apparaissaient Tom Marazzo, l’un des porte-parole du “Freedom Convoy”, et Paul Alexander, un ancien conseiller du président américain Donald Trump qui a profité de la réunion de mercredi pour donner une conférence sur ce qu’il prétend être les dangers des vaccins COVID-19 .

Selon Santé Canada, seuls les vaccins qui répondent à des normes strictes d’innocuité, d’efficacité et de qualité sont approuvés pour une utilisation dans le pays, et les avantages des vaccins COVID-19 continuent de l’emporter sur les risques de la maladie. Environ 85 % des Canadiens ont reçu au moins une dose.

Topp a déclaré aux députés qu’il marchait en partie pour obtenir l’abrogation de tous les mandats de vaccination, ainsi que la réintégration de toute personne ayant perdu son emploi en raison d’une telle exigence et d’une compensation pour les salaires perdus.

Dans le même temps, il a déclaré que sa marche concernait bien plus que les exigences en matière de vaccins, qui ont été levées pour la plupart des fonctionnaires fédéraux cette semaine mais restent en place pour les membres des Forces armées canadiennes.

“L’une des choses qui m’ont sauté aux yeux depuis que j’ai commencé ce voyage est le nombre de personnes qui sont venues me parler (et) leur problème n’est plus tant avec les mandats”, a-t-il déclaré.

“C’est leur insatisfaction à l’égard du gouvernement fédéral, ils le considèrent comme intraitable, flexible et réactif à leurs besoins.”

Alors que Topp cherchait à décrire sa mission et son message comme non partisans, Marazzo, l’un des dirigeants d’un groupe connu sous le nom de Veterans 4 Freedom qui a organisé un convoi de motos en avril, a déclaré aux députés que le Canada « s’engageait sur une voie très sombre ».

“Cela devient critique”, a déclaré Marazzo. “(Topp) a été dans une guerre civile. Je ne dis pas que c’est ce qui va se passer ici. Mais il y a beaucoup de similitudes.”

Le député conservateur Jeremy Patzer a noté qu’un seul parti était représenté aux longues tables du conseil autour desquelles le groupe s’était réuni, disant à Topp et aux autres: “Vous avez des alliés. Vous avez toujours eu des alliés.”

Topp a également déclaré qu’il n’avait pas l’intention de diriger une occupation de la capitale et a invité la police d’Ottawa à travailler avec lui pour faciliter sa marche prévue à travers la ville jusqu’au Monument commémoratif de guerre du Canada.

Cependant, un organisateur de Veterans 4 Freedom a déclaré dans une récente vidéo publiée sur YouTube que le groupe prévoyait de mettre en place un camp semi-permanent à l’est d’Ottawa appelé “Camp Eagle” et d’organiser des événements dans la ville tout l’été.

La police d’Ottawa a déclaré qu’elle prévoyait une posture de sécurité inédite pour la fête du Canada, et qu’elle et la police de Gatineau préparent d’autres plans de sécurité pour les manifestations au centre-ville d’Ottawa et sur la colline du Parlement.

Alors que la police d’Ottawa protégera le droit de chacun de manifester légalement et pacifiquement, un officier a déclaré lors d’un briefing la semaine dernière, “nous ne permettrons pas que les conditions qui ont conduit aux manifestations illégales de février se reproduisent”.

Plusieurs groupes communautaires d’Ottawa appellent à une réponse encore plus forte à l’arrivée de Topp la semaine prochaine et à toute manifestation de «liberté» prévue, qui, selon eux, est liée à l’extrémisme de droite.

“Il me semble que leur plan est toujours de protéger en quelque sorte la Cité parlementaire, mais ils laissent en quelque sorte les quartiers résidentiels sécher”, a déclaré Sam Hersh d’Horizon Ottawa.

“Je veux voir une reconnaissance de ce que c’est réellement de notre ville et des autorités compétentes : qu’il s’agit d’un mouvement d’extrême droite, et que nous devrions le prendre au sérieux. Et ils ne sont pas les bienvenus dans notre ville.”


Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 22 juin 2022.