Les dépenses touristiques en Chine diminuent pendant les grandes vacances post-coronavirus

Les autorités chinoises ont levé une interdiction de plus de deux mois sur les voyages à destination de la ville où la pandémie mondiale est apparue pour la première fois.

Hecto Retamal | AFP | Getty Images

Des millions de Chinois ont réduit leurs dépenses pendant les premières grandes vacances en Chine depuis l'épidémie de coronavirus.

Pendant les vacances de la fête du Travail qui se sont déroulées du 1er mai au 5 mai de cette année, la Chine a enregistré 115 millions de voyages touristiques au pays, générant des revenus touristiques de 47,56 milliards de yuans (6,79 milliards de dollars), selon le ministère de la Culture et du Tourisme.

C'est une baisse de 59,58% par rapport aux 117,67 milliards de yuans enregistrés pour les vacances de la fête du Travail de l'année dernière, qui ont été d'un jour plus courtes et se sont déroulées du 1er mai au 4 mai, selon les chiffres divulgués par le ministère. L'année dernière, le pays a enregistré 195 millions de visites.

Alors que les chiffres globaux sont inférieurs à 2019, le site de réservation de voyages en ligne Ctrip a déclaré que les réservations de location de voitures ont augmenté de 10% par rapport à l'année dernière. Selon Ctrip, Shanghai, la capitale de la province du Sichuan, Chengdu et la ville de Sanya sur l'île de Hainan étaient parmi les trois destinations les plus populaires.

Officiellement appelée Covid-19, la maladie est apparue pour la première fois à la fin de l'année dernière dans la ville chinoise de Wuhan, avant de se propager à travers le pays et dans le reste du monde lors d'une pandémie mondiale. Le virus a tué plus de 4 600 personnes en Chine et plus de 252 700 à l'étranger, selon les dernières données de l'Université Johns Hopkins.

Afin de contrôler l'épidémie, plus de la moitié de la Chine a prolongé la fermeture des vacances du Nouvel An lunaire d'au moins une semaine, avant de permettre aux entreprises de rouvrir progressivement. La capitale, Pékin, a pris certaines des mesures les plus strictes, notamment en obligeant les voyageurs d'autres régions du pays à s'auto-mettre en quarantaine pendant 14 jours à leur arrivée, même si la propagation du virus a stagné dans le pays.

Juste un jour ou deux avant le début de la fête du Travail, la ville a annulé la politique d'auto-quarantaine pour la plupart des voyageurs.

Le musée du palais de la Cité interdite a également rouvert ses portes le 1er mai après sa fermeture fin janvier en raison du coronavirus. Le musée a reçu environ 5 000 visiteurs par jour pendant les cinq jours de vacances, selon les médias d'État.