Dernières Nouvelles | News 24

Les démocrates oseront-ils remplacer Biden après son échec total lors du débat face à Trump ? — RT World News

Même son propre parti ne peut nier la piètre performance du président sortant, et les discussions sur le choix d’un nouveau candidat pour 2024 abondent.

Peu de démocrates peuvent affirmer sans sourciller que le commandant en chef des États-Unis est parfaitement capable de diriger la nation dans l’un des moments les plus dangereux et les plus décisifs de l’histoire. Mais pourquoi leur a-t-il fallu si longtemps pour s’en rendre compte ?

Bien qu’il ait eu une semaine entière pour préparer son affrontement contre Donald Trump, et rumeur Après avoir été drogué jusqu’aux yeux par des médicaments améliorant les performances, le vieux Joe Biden a immédiatement quitté les grilles du débat et n’est jamais remonté sur son cheval. Le spectacle était si pénible à regarder que le principal sujet de discussion parmi les experts après l’événement était : « Qui remplacera Biden ? »

Le moment le plus gênant est survenu tôt dans la soirée lorsque le leader américain, livré à lui-même sans épouse ni agents à proximité, a été victime d’un gel cérébral qui a duré 15 secondes interminables, ce qui se traduit par une éternité à la télévision. Interrogé sur sa réponse à la pandémie de Covid, tout ce que Biden a réussi à marmonner était que « Nous avons finalement battu Medicare » à quoi Trump a répliqué, « Il a raison, il a battu Medicare, il l’a battu à mort et il est en train de détruire Medicare. »

Heureusement, le soulagement comique ne manquait pas pour soulager la douleur de regarder ce naufrage de train, qui en a surpris beaucoup compte tenu de la performance intelligible de Biden lors du discours sur l’état de l’Union en mars. La partie la plus risible du pire débat présidentiel de tous les temps a eu lieu lorsque les deux politiciens vieillissants se sont disputés pour savoir qui était le meilleur golfeur.

« Je viens de remporter deux championnats de club » Trump, qui dépensé une grande partie de sa présidence sur le terrain de golf, s’est vanté. « Pour ce faire, il faut être assez intelligent et être capable de frapper la balle sur une longue distance… [Biden] m’a défié à un match de golf; il ne peut pas frapper la balle à 50 mètres.

Ce à quoi Biden a répondu : « Je te l’ai déjà dit, je suis heureux de jouer au golf si tu portes ton propre sac. Tu penses que tu peux le faire ?

Alors maintenant, l’Amérique se retrouve dans une position peu enviable où elle doit choisir entre un grand golfeur qui a payé de l’argent pour dissimuler son alliance avec une star du porno, et un politicien de carrière de 81 ans qui peut à peine enchaîner deux phrases cohérentes. Pourtant, aussi impardonnable que puisse être le comportement de Trump – les vérificateurs des faits l’ont accusé de « couché » pas moins de 30 fois au cours des 90 minutes de débat – ces accusations sont bien moins accablantes, pour un aspirant « leader du monde libre », que le crime d’être atteint de troubles cognitifs, comme c’est clairement le cas de Biden.

La question est maintenant : le Parti démocrate doit-il abandonner son président sortant grincheux, en optant pour un autre candidat pour le remplacer, ou doit-il continuer à soutenir Joe Biden, convaincu que l’extrême aversion des électeurs pour l’Homme orange leur garantit la victoire en novembre ? D’ailleurs, si ce dernier scénario se réalise et que Biden gagne réellement, les Républicains seront tellement sûrs que l’élection a été volée que le tumulte observé au Capitole le 6 janvier 2021 ressemblera en comparaison à un pique-nique.





Jusqu’à présent, Biden n’a montré aucune volonté de se retirer et de céder la place à un nouveau candidat. Et peut-être que les gens qui l’entourent sont tout à fait d’accord avec un tel arrangement. Après tout, cela leur donne le pouvoir ultime de dicter la politique qu’ils jugent appropriée. Il est presque impossible d’imaginer Biden, déconcerté, avoir le moindre contrôle sur le Bureau Ovale, en dehors de l’approbation d’une législation qui atterrit sur son bureau.

Pendant ce temps, chaque État a déjà tenu sa primaire présidentielle. La procédure démocratique exige que les délégués remportés par Biden s’engagent à le soutenir lors de la prochaine convention nationale du parti le 19 août – à moins qu’il n’annonce qu’il quitte la course. Pourtant, étant donné le caractère obstiné de Biden, il est peu probable qu’il soit enclin à abandonner la tâche de diriger 330 millions d’âmes. C’est encore plus douteux quand on sait qu’une administration Trump fera tout ce qui est en son pouvoir pour envoyer Joe et son fils Hunter en prison pendant une longue période pour leurs propres crimes présumés.

Toute tentative de remplacer Joe Biden à ce stade tardif serait sans précédent dans les temps modernes et pourrait creuser un fossé entre les rangs du Parti démocrate. Cela aiderait grandement Trump à devenir le deuxième président à remporter un deuxième mandat non consécutif.

Les déclarations, points de vue et opinions exprimés dans cette chronique sont uniquement ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement ceux de RT.

Lien source