Les délais de passeport, d’aéroport et d’immigration du Canada s’améliorent: groupe de travail

Le groupe de travail fédéral créé pour réduire les délais de service affirme qu’après avoir passé l’été à s’occuper des files d’attente et des temps d’attente importants auxquels sont confrontés les Canadiens dans les aéroports, les bureaux des passeports et ceux qui attendent que les demandes d’immigration soient traitées, la situation commence à s’améliorer, mais «nous n’êtes pas encore tiré d’affaire.

«Il y a beaucoup de travail à faire et dans certains cas, nous ne sommes pas à la hauteur du niveau de service pré-pandémique auquel les Canadiens s’attendent et méritent», a déclaré le coprésident du groupe de travail, le ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, lors d’une conférence de presse. conférence lundi.

Fournissant une mise à jour sur les progrès réalisés jusqu’à présent, le gouvernement a vanté les améliorations, notamment :

  • embaucher plus de 700 nouveaux employés pour les bureaux des passeports;
  • réduire les temps d’attente des centres d’appels pour les passeports ;
  • mettre en place davantage de « services de collecte et de triage » des passeports ;
  • l’embauche de 1 800 agents de contrôle de sécurité supplémentaires dans les aéroports;
  • réduire les retards et les annulations de vols ; et
  • l’embauche de 1 250 nouveaux employés pour s’attaquer aux arriérés et augmenter le traitement des demandes d’immigration.

Miller a reconnu que la situation vécue par les Canadiens ce printemps et au début de l’été “n’aurait jamais dû se produire” et que dans certains domaines, les libéraux fédéraux ont été “lents à réagir”.

En évaluant ce qui a provoqué cette crise de la prestation de services, la coprésidente du groupe de travail, la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et de la Jeunesse, Marci Ien, a déclaré lundi que c’était le résultat d’une demande dépassant de loin la capacité de réponse du gouvernement fédéral. C’est une situation que connaissent également d’autres pays, a-t-elle ajouté.

Ien a cité une augmentation « sans précédent » du nombre de Canadiens qui voyagent; l’impact de devoir s’adapter aux restrictions de voyage internationales et aux fermetures de frontières ; et la réduction de la capacité de traitement à l’échelle du gouvernement pendant la pandémie comme facteurs aggravants. Cependant, Miller a déclaré que le gouvernement ne cherchait pas à blâmer les autres – que ce soit les compagnies aériennes ou d’autres événements mondiaux sans précédent comme la guerre en Ukraine qui pèsent sur les demandes de services gouvernementaux – car « une grande partie de la responsabilité reposait sur nos épaules ».

«Il y a beaucoup de travail à faire, et regarder à l’intérieur et voir comment nous pouvons remettre cet appareil gouvernemental en place et passer à une norme de service. Et puis regarder à long terme ce que nous devons faire pour résoudre le problème, qu’il s’agisse d’anciens systèmes qui n’ont pas été mis à jour depuis des décennies, qu’il s’agisse de plus de personnes », a déclaré Miller.

Il a ajouté que ces approches ont été adoptées au cours de l’été pour accélérer les correctifs afin que les gens obtiennent leur passeport plus rapidement, mais s’est demandé si c’était le moyen le plus efficace de fournir une solution plus systémique et de briser les «silos» du gouvernement.

La conférence de presse de lundi s’est tenue aux côtés des ministres du Cabinet qui ont la responsabilité de s’attaquer aux longues files d’attente dans les aéroports ainsi qu’aux bureaux des passeports et de l’immigration : la ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Karina Gould, qui est responsable de Service Canada; le ministre des Transports Omar Alghabra ; le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté Sean Fraser; et le ministre de la Sécurité publique Marco Mendicino.

À la fin juin, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé la création de ce groupe de travail – un comité composé de 10 ministres du Cabinet – reconnaissant les temps d’attente et les retards « inacceptables » que subissent les Canadiens avec les demandes de passeport et d’immigration.

Le Premier ministre a chargé le groupe d’examiner la prestation des services, d’identifier les lacunes et les domaines à améliorer et de faire des recommandations pour améliorer la qualité et l’efficacité des services gouvernementaux.

Le groupe de travail s’est réuni 10 fois depuis sa création et dit qu’il a apporté des changements en cours de route, mais qu’il fera également des recommandations au Premier ministre par l’intermédiaire du Cabinet.

« C’est inévitablement ce qui se traduira par toutes sortes d’améliorations que les Canadiens méritent », a déclaré Miller.


Plus à venir…