Quelques jours après la mort de plus de 150 jeunes, les responsables avaient encore du mal à expliquer exactement ce qui n’allait pas et qui était à blâmer.