Dernières Nouvelles | News 24

Les dates possibles des pourparlers de paix en Ukraine proposées par la Suisse sont annoncées dans les médias — RT World News

Jusqu’à 100 pays seraient invités, mais on ne sait pas exactement combien de dirigeants seront présents, rapporte Bloomberg.

Une conférence de paix sur le conflit ukrainien, organisée par la Suisse, pourrait avoir lieu à la mi-juin, à laquelle seraient invitées jusqu’à 100 pays, pour la plupart des pays du Sud, selon des sources citées lundi dans un rapport de Bloomberg.

Berne a proposé d’accueillir un grand sommet pour la paix cette année. Cependant, aucune date précise n’a été fixée et aucune liste de participants potentiels n’a été divulguée.

Des sources proches du dossier ont déclaré à Bloomberg qu’on ne sait toujours pas combien de dirigeants seraient présents à l’événement. En outre, un point de discorde clé est de savoir si la Chine participera, ont-ils déclaré, ajoutant que cela serait crucial pour la Suisse afin de rendre l’initiative crédible.

Un porte-parole du ministère suisse des Affaires étrangères aurait déclaré que la date et le lieu de la conférence n’avaient pas encore été fixés, bien que les 16 et 17 juin aient été largement évoqués.

« Outre les perspectives de l’Ukraine, de la Russie et de l’Europe, il est également important d’écouter les pays du Sud, qui joueront un rôle clé dans l’éventuelle inclusion de la Russie dans le processus. » », aurait déclaré le porte-parole. « C’est pourquoi nous sommes en contact étroit avec la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud et l’Arabie saoudite ». a-t-il précisé.

La Chine a déclaré en mars qu’elle étudiait la possibilité de participer à la conférence de paix proposée. Cependant, Politico a rapporté plus tard, citant des sources bien informées, que Pékin boycotterait les pourparlers de paix à moins que Moscou n’ait un siège à la table.

Moscou a convoqué la conférence que Berne propose « inutile » et a indiqué qu’il n’avait pas l’intention d’y participer, même s’il était officiellement invité.





La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré le mois dernier que le forum, tel qu’envisagé, serait consacré à la promotion de la « formule de paix Zelensky », que Moscou a qualifiée d’irréaliste.

L’Ukraine insiste sur le fait que la paix ne peut être négociée qu’aux conditions du président Zelensky, qui incluent le retrait des forces russes du « occupé illégalement » territoire. Moscou a rejeté ces demandes, les considérant comme vaines, soulignant qu’elle ne céderait pas la Crimée et quatre autres anciennes régions ukrainiennes qui ont rejoint la Russie après la tenue de référendums.

Les revendications fondamentales de Kiev restent les mêmes tandis que les intérêts légitimes de la Russie sont ignorés, selon Zakharova. Le porte-parole a également indiqué que la Suisse a « perdu » son statut neutre et ne peut pas servir de plateforme aux efforts de maintien de la paix.

Les partisans occidentaux de l’Ukraine insistent sur le fait qu’un règlement de paix ne peut être obtenu qu’aux conditions de Kiev et se sont engagés à poursuivre leurs livraisons d’armes pendant toute la durée du conflit. « aussi longtemps qu’il faudra. » La Russie, quant à elle, a souligné qu’aucune aide étrangère ne changerait le cours du conflit.

Le Kremlin a souligné à plusieurs reprises qu’il restait ouvert aux discussions, mais seulement si Kiev reconnaissait le « la réalité du terrain ».

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

Lien source