Les contrats à terme sur le Nasdaq chutent alors que les actions tentent de compléter un mois de juillet fort

Matteo Colombo | Vision Numérique | Getty Images

Les contrats à terme liés aux principaux indices boursiers américains se sont négociés de manière mitigée au début de la séance de nuit jeudi soir, alors qu’un rapport sur les faibles bénéfices d’Amazon menaçait de freiner le mois de juillet par ailleurs fort de Wall Street le dernier jour de bourse du mois.

Les contrats à terme sur le S&P 500 ont perdu 0,4%, tandis que ceux liés au Nasdaq 100 ont chuté de 0,85%. Les contrats à terme sur Dow ont plongé de 20 points.

Le déluge de rapports sur les bénéfices de la semaine s’est poursuivi après la cloche de clôture jeudi, le géant du commerce électronique Amazon et la plate-forme de médias sociaux Pinterest fournissant des mises à jour sur les bénéfices aux investisseurs.

Les actions d’Amazon ont chuté de 7,1% dans les échanges prolongés après avoir signalé son premier manque à gagner trimestriel en trois ans et donné des prévisions plus faibles. Pinterest a encore baissé de 19%, après avoir déclaré avoir perdu des utilisateurs mensuels au cours des trois mois clos le 30 juin.

Les actions du courtage en ligne Robinhood ont commencé à se négocier sur le Nasdaq à 38 $ par action jeudi, mais l’action a finalement clôturé sa première session de plus de 8% en baisse de 34,82 $ par action.

Les actions se sont redressées lors de la session ordinaire de jeudi, même après que le département du Commerce a déclaré que la croissance économique aux États-Unis s’était quelque peu ralentie au deuxième trimestre.

Le Dow Jones Industrial Average a gagné environ 150 points jeudi après avoir atteint un nouveau sommet intrajournalier. Le S&P 500, qui a également brièvement touché un sommet historique, a terminé la journée en hausse de 0,4% à 4 419,15.

Le Nasdaq Composite a sous-performé avec un gain de 0,1%, maîtrisé par une baisse de 4% des actions Facebook après le rapport sur les résultats de la société de médias sociaux.

Ces gains se sont ajoutés à un mois par ailleurs sain pour le Dow, le S&P 500 et le Nasdaq. L’indice composite et le Dow Jones ont ajouté 1,89 % et 1,69 % en juillet, tandis que le large S&P 500 est en hausse de 2,83 % sur la même période. Les valeurs des services publics, de la santé, de l’immobilier et de la technologie ont mené le S&P 500 à la hausse pour le mois, tandis que l’énergie et les financières ont pris du retard.

La session positive de jeudi est intervenue malgré un rapport du gouvernement qui montrait que le produit intérieur brut américain au deuxième trimestre s’était accéléré de 6,5% sur une base annualisée, considérablement moins que l’estimation de 8,4% du Dow Jones.

La mise à jour du PIB n’était pas la seule nouvelle économique à laquelle Wall Street s’est penchée cette semaine. De nombreux investisseurs ont été soulagés que la Réserve fédérale n’ait signalé aucun plan imminent pour réduire les achats d’actifs.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a noté mercredi que si l’économie a parcouru un long chemin depuis la récession de Covid-19, elle a encore du chemin à parcourir avant que la banque centrale n’envisage d’ajuster ses politiques d’argent facile.

« Bien qu’il soit timide des attentes spécifiquement pour le PIB du deuxième trimestre, d’une manière générale, comme l’a noté le président Powell hier, la reprise a à bien des égards dépassé même les prévisions les plus optimistes », a écrit jeudi après-midi l’économiste en chef de Stifel, Lindsey Piegza. « Avec la réouverture des entreprises américaines pour les entreprises et les consommateurs américains impatients de se précipiter sur le marché et de dépenser, la croissance au premier semestre a été solide. »

La Fed recevra la dernière itération de sa jauge d’inflation préférée, l’indice des prix des dépenses de consommation personnelle, vendredi matin à 8 h 30 HE.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Comments