Actualité du moment | News 24

Les combats entre Israël et Gaza s’embrasent pour une deuxième journée

L’escalade la plus violente depuis plus d’un an entre les militants israéliens et gazaouis s’est prolongée jusqu’à une deuxième journée samedi, avec des frappes aériennes qui ont détruit des immeubles résidentiels et tué cinq personnes à Gaza, selon des responsables de la santé palestiniens.

L’armée israélienne a déclaré avoir frappé deux résidences de Gaza appartenant à des membres du groupe militant du Jihad islamique qu’elle a décrites comme des magasins d’armes. Des responsables militaires ont déclaré que des avertissements préalables avaient été donnés et que les bâtiments résidentiels avaient été évacués avant les frappes.

Le Jihad islamique et d’autres petits groupes militants palestiniens à Gaza ont tiré des roquettes principalement sur les villes israéliennes les plus proches de la limite du territoire.

Le regain de tensions a mis en évidence le défi de prévenir les flambées en Israël et dans les territoires occupés alors que les dirigeants israéliens et palestiniens sont divisés et politiquement faibles, que l’attention internationale est ailleurs et qu’il y a peu d’espoir de mettre fin au blocus de 15 ans de la bande de Gaza par Israël et l’Egypte.

“Il n’y a pas de fin en vue pour ce cycle, et aucun acteur ne semble vouloir construire une alternative plus stable”, a déclaré le professeur Nathan J. Brown, expert du Moyen-Orient à l’Université George Washington.

Cette série de combats, qui a commencé vendredi avec des frappes aériennes israéliennes, a principalement opposé Israël au Jihad islamique, le deuxième groupe militant à Gaza. Le Hamas, la milice dominante à Gaza, s’est jusqu’à présent tenu à l’écart de toute implication directe, laissant espérer que le conflit ne dégénérerait pas en une guerre plus vaste. Pourtant, aucun cessez-le-feu ne semblait imminent, malgré les premiers efforts de médiation des diplomates étrangers et des Nations Unies.

Les cinq Palestiniens tués samedi ont porté à 15 le nombre de morts sur deux jours, selon des responsables de la santé à Gaza. L’une des personnes tuées vendredi était une fillette de 5 ans.

La seule centrale électrique de Gaza a interrompu ses activités en raison d’un gel des livraisons de carburant en provenance d’Israël, ce qui a encore réduit l’électricité sur de grandes parties du territoire.